Un resto haïtien dans le Village pour Arcade Fire | 24 Heures MTL
/activities/restaurants

Un resto haïtien dans le Village pour Arcade Fire

Amateurs d’Arcade Fire, irez-vous manger au nouveau Agrikol? Le restaurant haïtien que Win Butler et Régine Chassagne ouvriront cet été dans le Village proposera cuisine, musique et arts visuels.

En apprenant que les deux membres d’Arcade Fire allaient ouvrir un nouveau restaurant à Montréal, on était en droit de penser que le couple allait opter pour le quartier du Mile-End, où il est reconnu pour avoir certains endroits de prédilection.

Mais non, Régine Chassagne et Win Butler ont plutôt jeté leur dévolu sur une charmante petite bâtisse au 1844, rue Amherst, dans le Village gay, là où se trouvait le restaurant Coo Rouge, depuis les treize dernières années.

Quartier modeste

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les deux musiciens, même s’ils côtoient les plus grandes stars de la planète, ne vivent pas dans un quartier cossu de Montréal. Ils habitent justement à quelques rues de là.

Le propriétaire du Coo Rouge, Normand Valois, a mentionné au Journal que le célèbre couple était des clients de son restaurant. «Ils venaient chez nous à l’occasion, car ils habitent dans le quartier, et ils trouvaient la place charmante. C’est une vieille bâtisse de 150 ans.»

Photo Le Journal de Montréal, Raphaël Gendron-Martin

D’après ce dernier, le couple Butler-Chassagne avait déjà essayé de se porter acquéreur du bâtiment voisin de son restaurant, il y a trois ans. «Mais ça n’avait pas fonctionné avec les propriétaires français», dit-il.

En ouvrant un restaurant sur Amherst, Win et Régine s’embarquent dans un joli défi d’entreprise. «Sur Amherst, ça déménage beaucoup, confirme Normand Valois. Tous les antiquaires qui étaient là avant sont partis. Il y a beaucoup de gens qui ont déménagé un peu plus loin, vers Hochelaga. Le Marché St-Jacques, qui est juste à côté, ne fonctionne plus vraiment.»

«Qui est ce groupe?»

Autour du futur Agrikol, on y trouve un casse-croûte, deux magasins de meubles, une galerie d’art et un salon de coiffure. Lors du passage du Journal hier, les commerçants voisins n’étaient pas au courant de l’identité des nouveaux propriétaires du 1844, Amherst.

«Je croyais que le bâtiment allait être démoli, a dit John Hachez, propriétaire de la pataterie Philippe. Je connais Arcade Fire mais moi j’aime mieux Springsteen!»

«C’est qui ce groupe. Ils sont si populaires que ça?» nous a demandé le propriétaire d’une boutique voisine qui a requis l’anonymat.

Ce qu’il y a dans l’assiette

Selon le propriétaire du Coo Rouge, l’arrivée des deux populaires musiciens pourrait aider à redynamiser la rue. «Mais même si c’est Arcade Fire qui est derrière ça, c’est la nourriture qui fera que ça fonctionne ou non, ajoute-t-il. Ce qui arrive dans ton assiette et ce dont tu paies pour, c’est ce qui importe.»

Win et Régine ne seront pas seuls dans cette aventure, puisqu’ils se sont associés au couple de Torontois, Roland Jean et Jen Agg. Ceux-ci connaissent bien la restauration puisqu’ils ont déjà Rhum Corner, The Black Hoof et le Cocktail Bar, dans la Ville Reine.​

 

À lire aussi

Et encore plus