Excédés, des commerçants de l'avenue Laurier vendent en bloc | 24 heures
/mtl-news/news

Excédés, des commerçants de l'avenue Laurier vendent en bloc

Exaspérés par le manque de stationnement, des commerçants de l’avenue Laurier, sur le Plateau Mont-Royal, ont décidé de faire une action d'éclat en mettant symboliquement en vente leurs commerces.

Si cette initiative se veut pour le moment symbolique, il s’agit d’un avertissement de ce qui arrivera d’ici six mois si rien n’est fait, préviennent des commerçants. «C’est la catastrophe, le maire Ferrandez a tout foutu en l’air avec l’implantation de nouvelles vignettes de stationnement, déplore Patrick Louchet,

copropriétaire de la boulangerie Les saveurs du Plateau. Ça fait 12 ans qu’on est ici et si rien n’est fait, on sera obligé de mettre en vente notre commerce.»

Une trentaine de commerçants de l’avenue Laurier s’inquiètent de voir des enseignes disparaître en raison des mesures prises par le maire Luc Ferrandez. Le mois dernier, l’arrondissement a implanté de nouvelles zones réservées, de 9 h à 23 h, aux détenteurs de vignettes.

Une mesure critiquée puisqu’elle élimine des espaces de stationnement sur de trop longues périodes, disent les commerçants. Ils demandent de les modifier pour des interdictions de 18 à 23 h.

«M. Ferrandez n’arrête pas de parler de la vie de quartier, mais il oublie que nous l’avons bâtie avec lui. Il ne peut pas prendre des décisions sans écouter ses propres résidents», a dit Serge Chaussé, du Centre dentaire Serge Chaussé.

Des résidents font circuler une pétition pour l’élimination des vignettes.

«M. Ferrandez nous a dit que les nouvelles vignettes, c’était pour répondre à des plaintes de 161 personnes, dénonce Gilles Charrette, qui habite dans le quartier depuis des dizaines d’années. Nous, on est rendus à plus de 1100 signatures et il ne veut pas nous écouter.»

Rencontre à venir

Du côté de l’arrondissement, la conseillère Marie Plourde assure être à l’écoute des citoyens.

«On veut travailler avec des solutions, a dit Mme Plourde. Ça m’inquiète, cette sortie, parce qu’on fait croire que le Plateau, c’est infernal, et ce n’est pas le cas».

Elle mentionne qu’une rencontre est prévue dans les prochains jours avec l’Association des résidents et des gens d’affaires du Petit Laurier.