Bornes WiFi pour les piétons au centre-ville | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Bornes WiFi pour les piétons au centre-ville

Les travaux d’aménagement pour implanter au centre-ville des bornes WiFi équipées d’un système de navigation pour les piétons débuteront l’année prochaine, au coût de 1,5 million de dollars.

Le comité exécutif de la Ville de Montréal a débloqué ce budget la semaine dernière pour la construction de socles, la reconstruction de trottoirs et l’installation de câbles électriques, alors que le système intelligent de navigation sera financé par le privé.

La Ville s’était engagée en 2012 à revoir la signalisation touristique afin de l’adapter aux piétons. Le projet iMap, présenté aux élus en 2014, prévoit la modernisation des colonnes qui se trouvent près des stations de métro et dans la ville en y intégrant un système d’affichage dynamique et une nouvelle carte. On prévoit également ajouter des bornes en complément, dont certaines seront elles aussi équipées d’écrans qui affichent de l’information en temps réel.

«Le but est d’orienter le piéton qui a besoin de se déplacer, qui cherche un événement culturel ou autre. Par exemple, si quelqu’un cherche un restaurant dans le coin de la station Guy-Concordia, il pourra le trouver à l’aide de l’écran», explique Aref Salem, responsable du transport pour l’administration Coderre.

Il ajoute que le système sera connecté au réseau d’autobus de la Société de transport de Montréal (STM) et aux taxis.

Financé par le privé

Dans un document de la Ville, on lit que «les dépenses associées à l'achat, l'installation et l'entretien de l'équipement du système» seront «assumées par un partenaire privé».

Il n’est donc pas impossible que l'on y voie des publicités, indique-t-on à la Ville.

Pour l’instant, le projet-pilote demeure cantonné au centre-ville. On prévoit installer les bornes à temps pour le 375e anniversaire de Montréal, en 2017.

Par la suite, on souhaite étendre le système aux 19 arrondissements de Montréal, «à coût nul pour la Ville», toujours avec l’aide du privé.

À lire aussi

Et encore plus