Quatre ans de travaux sur la rue Rachel: des commerçants organisent leur survie | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Quatre ans de travaux sur la rue Rachel: des commerçants organisent leur survie

En travaux depuis 2012, la rue Rachel n'attire plus autant de clients, constatent des commerçants. Si certains ont fermé, d'autres redoublent d'efforts pour que Rachel ne devienne pas une «rue fantôme», à l’image de sa voisine, Saint-Denis.

Livraison à domicile, réduction de prix ou encore nouvelle stratégie d'affaires, voici quelques-uns des stratagèmes mis en place pour contrer les effets néfastes de quatre ans de travaux et des stationnements en moins.
 

Rona Quincaillerie Séguin & Legault: des articles faciles à transporter

«On a des produits moins volumineux et plus de produits éco responsables, car c’est souvent ce que les clientèles de piétons et de cyclistes recherchent», explique Adrien Rigobert, de la quincaillerie Rona Séguin & Legault, qui confirme avoir «repensé la stratégie du magasin à la suite des travaux».

Concrètement, plusieurs produits ont subi un régime minceur, les sacs de terre sont désormais vendus par contenant de 5 et 15 litres contre 50 litres auparavant et les planches de bois de 8 pieds sont coupées en 2 pour faciliter le transport. Le magasin offre également des livraisons dans le quartier à vélo ou diable.

Kanuk: vendre en ligne

Chez Kanuk, on ne voit qu’un seul avantage aux travaux, c’est qu’ils auront accéléré le processus de site transactionnel.

«Disons que quand tu vois les travaux s’éterniser et que les clients n’ont plus accès à ton magasin, ça donne un petit coup de pied aux fesses», ironise Véronique Blais, directrice marketing chez Kanuk, qui offre depuis cet automne la livraison et le retour gratuit sur son site web.

Frite Alors!: un menu à 5,99$

En plus d’offrir un service de livraison, Frite Alors! a lancé un menu à 5,99$, le p’tit luxe pour «inciter la clientèle à se déplacer».

«Depuis quatre ans, on ne fait plus de profit, donc avec cette stratégie de prix et le service à domicile, on essaye de juste de ne pas perdre notre clientèle», affirme Jean Jurdant, cofondateur et propriétaire.

 

La maison des pâtes fraîches: une seconde succursale

Pour subsister, La maison des pâtes fraîches a ouvert une seconde succursale à l’automne 2014 sur l'avenue du Mont-Royal, une façon de financer les pertes du magasin de la rue Rachel. «Les travaux et le manque de stationnement ont massacré notre commerce», confirme le copropriétaire Giorgio Sodano, qui a aussi ajouté un service traiteur.

 

Les Copains D'abord Rachel: devenir fournisseur

Depuis le début de l’année, la boulangerie Co’Pains d'abord Rachel démarche d’autres commerces et cafés espérant devenir un fournisseur de viennoiseries haut de gamme.

«On mise beaucoup sur notre réputation et on continue de développé des produits encore plus haut de gamme», Éric Goeury, artisan-propriétaire des Copains D'abord Rachel.

 

La Banquise: miser sur les touristes

Même l’institution qu’est La Banquise affirme que les travaux et la difficulté d’accès à son restaurant ont eu un impact sur la fréquentation.

«Grâce à notre réputation, on est devenu un passage obligé notamment pour les touristes, une clientèle qui se déplace souvent en taxi ou en transport en commun et qui n’est pas freinée par des travaux», explique la propriétaire Annie Barsalou.


Travaux rue Rachel

2015 : reconstruction de trottoirs, construction de saillies et travaux de planage, de pavage et de réparation de fondation.

2014 : réhabilitation d'aqueduc, reconstruction et mise à jour du réseau électrique souterrain.

2012 : reconstruction de trottoirs, construction de saillies et d’une fosse de plantation pour sécuriser la piste cyclable.

 

 

À lire aussi

Et encore plus