Trois restaurants pas comme les autres | 24 heures
/activities/todo

Trois restaurants pas comme les autres

Alors que se clôt vendredi le 3e Forum mondial de l’économie sociale, 24 Heures vous propose trois lieux où vous restaurer tout en encourageant la réinsertion professionnelle ou les missions d’organismes communautaires.

Le Robin des Bois

Le restaurant à la décoration raffinée et originale vient de fêter ses 10 ans. Ses profits sont reversés à la fin de l’année à différents organismes tels que Jeunesse au Soleil, le Refuge des Jeunes, le Santropol Roulant et Le Chaînon. «Je pense que ça incite beaucoup de gens à venir manger ici et c’est ce qui nous fait perdurer aussi, pointe Émilie Monié-Montrevel, gérante de salle. On essaie de garder les prix abordables dans le but de servir une clientèle variée.» Le Robin des Bois se veut aussi un lieu de rencontres et de partage : au quotidien, des bénévoles viennent renforcer l’équipe de travail. «On est un restaurant d’économie sociale et je n’en connais pas d’autres qui fonctionnent comme nous ici : on propose des cours de cuisine pour les enfants, on fait de la réinsertion sociale, on fait des levées de fonds pour des organismes, ajoute Judy Servay, la directrice. Mais tu peux venir manger et ne pas te rendre compte que c’est un restaurant particulier.»

 

4653, boulevard Saint-Laurent

Lundi à vendredi de 11h30 à 22h

Samedi de 17h à 22h

 

Le Chic Resto Pop

Du côté d’Hochelaga-Maisonneuve, l’entreprise d’insertion et d’économie sociale le Chic Resto Pop, qui existe depuis 33 ans et est installée depuis une quinzaine d’années dans l’ancienne église Saint-Mathias-Apôtre, prépare autour de 1500 repas par jour. «Toute cette production alimentaire est au service de l’entreprise d’insertion : 52 personnes par année apprennent des métiers reliés à la restauration, affirme Suzanne Boudrias, directrice des opérations et des ressources. On a aussi des aide-éducatrices, on nourrit environ 500 enfants le midi. Sur ces 82 personnes en insertion, la grande majorité sont analphabètes fonctionnels.» La directrice ajoute que 67%  des finissants travaillent et ont maintenu leur emploi. Le restaurant est ouvert à tous : les repas coûtent quatre dollars et les Montréalais n’étant pas dans le besoin peuvent s’y restaurer en ajoutant s’ils le souhaitent une contribution volontaire à ce prix. «C’est très important pour nous d’avoir une mixité sociale, de ne pas faire du Chic Resto Pop un ghetto», indique Suzanne Boudrias. Le Chic Resto Pop livre également des produits surgelés dans l’île de Montréal et propose des services de locations de salles lui permettant de financer le reste de ses opérations.

 

1500, avenue d’Orléans

Le Jubé : lundi à vendredi de 11h30 à 14h

Soir et fin de semaine sur réservation

 

 

Le Resto Plateau

En plein cœur du Plateau-Mont-Royal, le Resto Plateau s’est donné pour mission de combattre la faim, la pauvreté et l’isolement depuis un quart de siècle. «On est une entreprise d’insertion sociale et non seulement un organisme communautaire», indique Sandra Valade, chargée du développement communautaire. Chaque année, 96 aide-cuisiniers sont formés pendant 33 semaines, guidés par des chefs professionnels. «C’est financé par Emploi Québec, salaire minimum, ajoute Sandra Valade. Il y a aussi tout un accompagnement avec une intervenante.» Tout le monde peut manger au Resto Plateau le midi pour quatre dollars, aucune carte d’identité n’est demandée à l’entrée. Les personnes en confort financier sont invitées à payer le prix solidaire de six dollars pour encourager les missions du Resto Plateau. «Depuis plusieurs années, on a un partenariat avec des nutritionnistes finissants de l’Université de Montréal, les repas sont sains et équilibrés», souligne Sandra Valade.

 

4450, rue Saint-Hubert

Du lundi au vendredi de 11h30 à 13h30