Salons de massage érotiques: bannis dans Saint-Laurent | 24 heures
/mtl-news/news

Salons de massage érotiques: bannis dans Saint-Laurent

À force de visites répétées par des inspecteurs municipaux et le SPVM, l'arrondissement de Saint-Laurent a réussi à se débarrasser des salons de massage érotique de son territoire sans passer par les tribunaux.
 
Contrairement à l'arrondissement de Rosemont-la-Petite-Patrie (RPP), qui tente de déloger un salon de massage érotique depuis près d'un an et dont les démarches juridiques s'éternisent, le maire Alan DeSousa, à Saint-Laurent, n'a jamais eu à faire face à ce genre de problématique. 
 
 
À Saint-Laurent, après avoir remarqué l'ouverture de nombreux nouveaux établissements de ce genre en 2011, M. DeSousa a entrepris de recenser leurs activités.
 
«On avait des soupçons que certaines de ces activités n'étaient pas légitimes. La police aussi avaient des soupçons que des mineurs étaient peut-être exploités ou qu'il y avait des activités criminelles. Donc quand on a fait des visites, avec les agents du SPVM, [ces établissements] ont senti qu'ils avaient de l'attention et ils ont quitté eux-même, de leur plein gré.» 
 
Il en a aussi profité pour renforcer le règlement, afin que seuls les salons reconnus par la Fédération des massothérapeutes du Québec puissent s'établir dans son arrondissement.
 
Visiter souvent
Pour M. DeSousa, la clé du succès dans son arrondissement vient de la proche collaboration entre tous les services impliqués dans cette affaire. Le SPVM et les inspecteurs ont ainsi visité très régulièrement tous les salons de massage.
 
«Ils ont réalisé qu'ils avaient le spotlight sur eux et pour toutes sortes de raisons, ils n'aimaient pas ça.»
 
Progressivement, ces établissements sont déménagés dans d'autres arrondissements.
 
«On reste vigilants, mais je ne pense pas qu'aucune communauté n'est à l'abri de ces activités. [...] On ne peut toutefois jamais déclarer victoire, mais on a agit pour le mieux de notre communauté», estime-t-il.
 
Ainsi, même si «chaque communauté est différente et [...] détermine comment gérer ce genre de problème chez eux», il offre volontiers son aide à tous les arrondissements aux prises avec des problématiques semblables.

À lire aussi

Et encore plus