Un party par soir pendant l’avent dans le Mile End | 24 heures
/mtl-news/news

Un party par soir pendant l’avent dans le Mile End

Chaque soir avant Noël, des voisins du quartier Mile End ont remplacé le chocolat de l’avent par un party dans une maison différente.

Depuis le 1er décembre, dans le secteur Mile End de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, des familles ouvrent les portes de leur demeure pour recevoir entre 50 et 100 inconnus du voisinage et faire la fête pendant deux heures sur le thème de Noël.

Ces soirées dans l’intimité d’une maison du voisinage servent à forger des liens avec des personnes croisées chaque jour, mais à qui on ne parle pas.

Calendrier vivant

«Ce n’est pas une aventure d’un soir, car même si on ne sonne qu’à une porte, au moins les gens rencontrés, on les recroise dans le quartier, dit Patsy Van Roost, organisatrice du projet inspiré par une tradition suisse. C’est un calendrier de l’avent vivant.»

Photo Agence QMI, Martin Alarie

Celle qu’on surnomme la fée du Mile End trimbale chaque soir deux portemanteaux, deux bacs à bottes et une soixantaine de verres pour rendre service aux hôtes. Elle a trouvé 23 familles qui ont accepté sans hésitation d’ouvrir leurs portes à des inconnus.

«Ce sont des gens très ouverts et qui voyagent beaucoup, explique-t-elle. J’ai distribué 1000 cartons avec un calendrier sur lequel chaque adresse est inscrite, et n’importe qui du Mile End peut venir. L’idée, c’est de tisser de nouveaux liens et faire des rencontres.»

Chants et boisson chaude

Au plus fort de la fête du 21 décembre chez un résident de la rue Jeanne-Mance, on retrouvait une cinquantaine de personnes. Les enfants jouaient dans la cuisine pendant que les adultes chantaient Minuit chrétien, accompagnés d’un voisin pianiste.

Si la seule règle est d’offrir une boisson chaude à ses convives, les familles préparent tout de même un peu de nourriture et des amuse-gueule.

«En invitant les gens chez moi, je veux participer à ma manière à la vie communautaire du quartier, témoigne Patrice Ricard. Je vois les mêmes visages depuis des années dans les rues et c’est l’occasion de se présenter pendant ce moment spécial. Chacun, on a nos occupations, et ça remplace, d’une certaine manière, le perron de l’église.»

17e party à 75 ans

À 19 h 30, la fée sonne une cloche, signe que les festivités prennent fin. Les invités, qui deux heures auparavant ne se connaissaient pas, se font l’accolade, s’embrassent et se donnent rendez-vous pour un café dans le quartier.

Astrid Lagounaris, 75 ans, en était à sa 17e porte lorsque nous l’avons rencontrée sur la rue Jeanne-Mance. La femme tisse des liens d’une maison à l’autre, si bien que c’est désormais elle qui présente les voisins entre eux. «Si ces soirées n’existaient pas, je serais chez moi, à écrire ou regarder la télévision, témoigne celle qui réside depuis 26 ans dans le Mile End. Quand je pars, j’ai plus d’énergie que lorsque je suis arrivée.»

La dernière de ces soirées aura lieu vendredi soir dans une résidence de la rue Waverly, mais seuls les résidents du secteur Mile End peuvent s’y rendre.