Fidèle client depuis 18 ans: une cuisine populaire qui change une vie | 24 heures
/activities/restaurants

Fidèle client depuis 18 ans: une cuisine populaire qui change une vie

Assis à la même place chaque midi depuis 18 ans, un homme qui s’est sorti de sa dépression majeure en fréquentant le Resto Plateau salue le 25e anniversaire de l’institution.

«Ça m’a sauvé la vie d’être ici», témoigne Bruno Guimond, fidèle client de cette cuisine collective où sont servis, chaque jour, 350 repas.

Le Resto Plateau est un lieu d’insertion sociale et professionnelle, où l’on sert, du lundi au vendredi, une soupe, une salade, un plat chaud, un dessert et une boisson au prix de 4$.

M. Guimond admet qu’un obstacle important dans sa dépression était de se faire à manger, faute d’énergie.

«J’étais en dépression majeure et les médicaments me faisaient dormir jour et nuit, admet celui qui a vécu une grande période d’isolement. Je n’avais aucun contact humain, à part ma fille. Ici, j’ai commencé à voir du monde et prendre l’air.»

Lieux d’échange

Chaque midi, assis à la même place que depuis son premier jour, l’homme y a rencontré des personnes et des amitiés se sont tissées. D’ailleurs, il s’est ouvert à la littérature et au cinéma grâce à un libraire retraité qu’il côtoie chaque midi. «J’ai décidé l’autre jour d’aller à la bibliothèque et les gens se sont inquiétés, car ma chaise était libre», souligne en riant M. Guimond.

Après quatre thérapies, beaucoup d’écriture dans son journal intime et de la socialisation le midi au Resto Plateau, Bruno Guimond s’estime désormais heureux.

«Je me suis fait des contacts avec qui jaser et je me sens guéri», raconte l’homme de 58 ans. D’ailleurs, il part du quartier Centre-Sud chaque matin pour retourner dans cette cuisine populaire, où des travailleurs en formation préparent les repas pour des personnes seules et dans le besoin.

À son ouverture, le Resto Plateau servait 120 repas à 2,50 $ pour contrer la faim, l’isolement et la pauvreté. Depuis 1992, plus de 1 610 000 repas ont été distribués à ce restaurant populaire niché au sous-sol du Centre de services communautaires du Monastère, sur la rue Saint-Hubert, au sud de l’avenue du Mont-Royal.

Sortir de la précarité en cuisinant

Le Resto Plateau forme des gens dans le besoin qui, à leur tour, apprennent à cuisiner pour les personnes ayant faim.

Cette formation de huit mois en cuisine est une révélation dans la vie de Louise Leroux, qui avait des difficultés à se trouver un emploi à 55 ans, lorsqu’elle a déménagé de l’Ontario, pour s’occuper de son père.

Photo 24 heures, Caroline Lévesque

 

«Je n’avais aucune idée où j’allais et cette formation m’a sauvé la vie, indique avec émotion Mme Leroux. J’ai déjà vécu dans la rue et je ne voulais pas y retourner. Je ne connaissais personne ici, et j’étais très isolée.»

La femme, qui part à l’aurore chaque matin de Tétreaultville, admet n’avoir jamais été aussi motivée à aller travailler. Elle apprend à créer des hors-d’œuvre, salades, repas et desserts. Lorsqu’elle terminera sa formation dans quelques mois, elle désire continuer à cuisiner pour les personnes en situation de précarité, particulièrement avec les aînés en perte d’autonomie.