Une résidente de Pierrefonds perd son refuge | 24 heures
/mtl-news/news

Une résidente de Pierrefonds perd son refuge

Une résidente de Pierrefonds ne pourra plus sauver de chiens à problème après que la Ville ait appliqué le règlement municipal et exigé d’elle qu’elle ferme son refuge.

Ariane Bédard-Roy, propriétaire du Refuge et pension Poncho reçoit des chiens abandonnés depuis huit ans chez elle, à Pierrefonds.

Avec un diplôme d'entraîneur de chien en poche, elle réhabilite ceux qui ont un problème de comportement pour les redonner en famille d'accueil puis en adoption.

Alors qu'elle n'avait jamais eu de problème en huit ans, dix plaintes de voisinages ont été faites auprès de l'arrondissement depuis le 6 mai.

Ceci arrive peu de temps après son déménagement dans un nouveau secteur de Pierrefonds.

Un inspecteur lui a ordonné mercredi de cesser ses activités avant vendredi.

Règlement sur les animaux

L’arrondissement explique que le règlement interdit en milieu résidentiel d’avoir plus de trois chiens dans une même unité d’habitation ou plus de quatre animaux toutes espères confondues.

Mme Bédard-Roy possède elle-même trois chiens, qui ont chacun un permis, mais à ceux-ci s’ajoutent les chiens qu’elle réhabilite.

Elle en a actuellement deux d’âge adulte et six chiots.

Elle n’a jamais plus d’un ou deux chiens adultes en réhabilitation à la fois.

Ils peuvent rester de quelques jours jusqu’à un mois chez elle.

Elle se justifie en faisant valoir que le règlement ne dit rien sur les chiens «en transit».

«C’est une cause noble, mais en zone résidentielle, c’est le nombre d’animaux au même moment dans l’habitation qui compte», explique Judith De Repentigny, de l’arrondissement de Pierrefonds.

Animaux sauvés

La résidente fait valoir que depuis huit ans, elle a sauvé 1000 chiens à problèmes, dont 350 l’an passé, qui auraient pu être euthanasiés.

«Je suis dégoûtée, dit-elle. Si tu bats ton chien, mais que tu as un permis, c’est correct. Mais moi qui fais tout pour les sauver, on veut m’enlever ma passion. Sans moi, des centaines de chiens vont mourir.»

Bien connue dans le milieu, elle a reçu plus de 1500 commentaires de soutien sur Facebook.

«Si j’avais 20 chiens qui jappent, je comprendrais. Mais ce n’est pas le cas et j’ai même un chien qui a un collier électrique», fait-elle valoir.

Le 24 Heures a effectivement passé une heure chez elle et il n’y a eu aucun jappement.

«Tout ça va être un génocide canin», conclut-elle, précisant qu’elle a 21 demandes en attente pour aides des chiens, dont 17 ayant un problème de comportement.