Réseau cyclable de Montréal: plus de 30 kilomètres seront ajoutés | 24 heures
/mtl-news/news

Réseau cyclable de Montréal: plus de 30 kilomètres seront ajoutés

MONTRÉAL | Plus de 30 kilomètres de voies cyclables seront ajoutés au réseau montréalais d’ici à l’an prochain afin de rendre celui-ci plus sécuritaire, ce qui entraînera une réduction de la circulation routière et le retrait de places de stationnement à certains endroits.

Au cours des prochains mois, le nombre de kilomètres de voies cyclables passera de 846 à 879 kilomètres, un prolongement de 33 kilomètres, dont le tiers sera aménagé sous forme de pistes cyclables protégées.

Ces aménagements permettront de combler des tronçons manquants entre des pistes cyclables existantes dans 16 arrondissements, notamment dans l’est de l’île et dans Montréal-Nord, de même que dans quatre villes liées telles que Dorval et Sainte-Anne-de-Bellevue.

Au centre-ville, la piste cyclable achalandée du boulevard de Maisonneuve, qui prend fin à la hauteur de la rue Alexandre-DeSève dans le Village gai, sera prolongée vers l’est jusqu’à la rue du Havre, où des feux synchronisés seront ajoutés.

L’ensemble de ces aménagements, qui implique également l’ajout de 22 stations de réparation de vélos, nécessitera des investissements de 15 millions $ de la part de la Ville de Montréal.

Moins de stationnements

Dans l’arrondissement Le Plateau-Mont-Royal, une piste cyclable protégée sera aménagée l’an prochain sur un tronçon d’environ deux kilomètres sur l’avenue des Pins et une partie de la rue Roy.

Un projet qui nécessitera le retrait dès cet été d’environ 130 places de stationnement afin de conserver les deux voies de circulation automobile tout en élargissant les trottoirs pour y planter des arbres.

La conseillère associée au développement durable aux transports actifs, Marianne Giguère, a d’ailleurs justifié jeudi la décision de retirer dès maintenant ces espaces de stationnement par le manque de sécurité que cette avenue offre aux piétons et aux cyclistes.

«Le temps presse, c’est un axe où il y a eu beaucoup de décès de piétons et de cyclistes, donc on va faire des aménagements temporaires [dès cet été]», a-t-elle déclaré, précisant que l’espace dédié aux cyclistes sur la chaussée de chaque côté de l’avenue sera séparé des voies automobiles par des éléments physiques temporaires.

La rue Saint-André deviendra par ailleurs une vélorue sur une distance de 1,8 kilomètre dès cet été. Un mail de béton et des trottoirs élargis seront ainsi aménagés à une intersection afin d’empêcher les automobilistes d’utiliser cette rue comme voie de transit. Les résidents de la rue Saint-André continueront toutefois d’avoir accès aux stationnements situés sur celle-ci.

«Si on veut faire plus de places aux cyclistes en ville, on est rendus là. Il faut faire le choix d’enlever des places de stationnement ou de retirer une voie de circulation automobile. C’est là qu’on est rendus», a réagi la présidente-directrice générale de Vélo Québec, Suzanne Lareau.

Le porte-parole de la Coalition vélo de Montréal, Daniel Lambert, a quant à lui noté l’importance de doter de pistes cyclables plusieurs artères routières majeures, comme les boulevards Saint-Laurent et René-Lévesque, ce qui n’est pas prévu par l’administration municipale à court terme.

À lire aussi

Et encore plus