Où est le chantier du REM qui cause tant de retards de trains? | 24 Heures MTL
/transports

Où est le chantier du REM qui cause tant de retards de trains?

Les clients des trains de banlieue de Deux-Montagnes et de Mascouche subissent de nombreux retards depuis plus de trois semaines en raison du chantier du train de la Caisse de dépôt qui semble invisible.

Depuis le 25 juin, l’opérateur de train de banlieue exo ne peut plus faire circuler ses trains sur une des deux voies ferrées entre l’autoroute métropolitaine et la gare Centrale à la demande de la Caisse à cause d’un « chantier ». Cette contrainte l’empêche de faire dévier la circulation en cas d’arrêt de service d’un train occasionnant ainsi une cascade de retards.

À deux reprises, le 24 Heures a parcouru le tronçon d’un peu plus d’un kilomètre sans y apercevoir l’ombre d’un chantier ou même d’un travailleur.

La réponse ? De l’équipement de forage plus imposant a dû rouler sur les rails pendant la fin de semaine du 23 juin. Résultat: ces rails sont temporairement inutilisables.

Cet équipement a été utilisé en vue du remplacement du fil qui transmet le courant au train. L’opération serait plus complexe que prévu en raison de la composition du sol.

Déçu de l’allure

Le directeur de communication de NouveLR, Marc-André Lefebvre, explique que le consortium responsable de la construction du REM aimerait être plus avancé alors que les travaux pour les futures gares de ce tronçon devaient débuter en juin.

« Il y aurait toujours eu la possibilité [d’inspecter la structure des rails], mais dans ce cas-ci, il y en avait tellement à faire qu’on ne voulait pas se permettre d’en rater une. Nous sommes responsables de la sécurité », indique M. Lefebvre.

Ce dernier précise aussi que dès lundi les clients des trains de banlieue seront à même de constater que le remblaiement de la voie inutilisable aura débuté pendant la fin de semaine. Suivra ensuite la construction d’un mur entre les rails.

« Le bureau du REM n’avait pas la préoccupation des clients lorsqu’il a fait son projet. C’est un projet où on “design” au fur et à mesure qu’on construit pour être efficace.

« Au final, ça se fait sur le dos des usagers tout simplement », constate François Pépin, président de l’organisme Trajectoire Québec.

En juillet, la ligne de Deux-Montagnes a eu un taux de ponctualité de 74,3 % et 71,3 % et celle de Mascouche a obtenu 69,4 % et 89,7 %. Exo vise que 95 % de ses trains soient à l’heure.

– Avec la collaborationde Francis Pilon

À lire aussi

Et encore plus