Qu'adviendra-t-il de la carte OPUS étudiante? | 24 Heures MTL
/transports

Qu'adviendra-t-il de la carte OPUS étudiante?

Dix ans après avoir été instaurée, la carte OPUS étudiante pourrait être bien différente après la révision tarifaire promise par l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM).

«L'objectif de départ, c'était de réduire le nombre de fraudes, ce qui a été atteint», fait observer Simon Charbonneau, conseiller aux communications de l'ARTM, qui s'intéresse présentement à un système de tarification géographique, comme celui de Paris, pour le réseau de transport Montréalais.

En d'autres mots, on se penche sur la possibilité d’établir un système avec des prix qui varient selon différentes zones. À Paris, plus on se déplace dans une zone loin du centre, plus le coût est élevé.

Changements à prévoir

Est-ce à dire que la tarification sociale, comme la carte OPUS étudiante ou réduite pour les 65 ans et plus, pourrait venir à disparaître?

«Toutes les options sont sur la table. Mais, comme à Paris les deux systèmes peuvent très bien coexister», répond Simon Charbonneau.

«Il y actuellement plus de 700 tarifs sur le réseau. Il y a moyen de revoir les choses pour mieux s'adapter aux besoins de notre clientèle», croit-il.

C'est notamment pour revoir les tarifs à l'échelle de la grande région de Montréal que l'ARTM, qui a hérité de la responsabilité de la carte OPUS en juin dernier, a été créée il y a 13 mois. L'agence provinciale a également comme ambition de mieux intégrer les différents modes de transport - BIXI, Communauto, taxis et autres - à sa tarification.

«Il y a des consultations populaires qui vont se tenir dans les deux prochaines années», promet M. Charbonneau.

Une carte qui a ses avantages

Pour l'instant, le tarif étudiant de la carte OPUS semble apprécié, reconnait-il. En début d'année, l'ARTM l'a même étendu aux étudiants de plus de 26 ans.

«Quand on dit qu'il faut mieux s'adapter aux besoins de nos clients, c'est exactement ça. On a conclu qu'un étudiant de plus de 26 ans, ça reste un étudiant», poursuit M. Charbonneau.

La carte bleue, en tant qu'objet, pourrait-elle aller jusqu'à disparaître?

«C'est sûr que ce serait bien de payer directement avec son cellulaire. Mais pour l'instant, la priorité, c'est vraiment la révision tarifaire», assure-t-il.

À lire aussi

Et encore plus