Arrondissement Ville-Marie : Bell lance des travaux sans avoir tous les permis | 24 heures
/mtl-news/news

Arrondissement Ville-Marie : Bell lance des travaux sans avoir tous les permis

Bell Canada a amorcé des travaux sur l’un de ses immeubles à bureaux du Centre-Sud de Montréal sans avoir reçu de permis de l’arrondissement.

Depuis le 8 août dernier, des panneaux indiquant qu’il est interdit de se stationner ont été installés sur la rue Cartier, devant le bâtiment de Bell, à l’angle de la rue Sherbrooke.

L’asphalte a même été peint d’une signalisation jaune pour rappeler que personne ne pouvait y laisser son véhicule. Les résidents étaient ainsi contraints de se trouver une autre place de stationnement, rare dans le secteur.

Or, l’arrondissement Ville-Marie n’a octroyé à Bell un permis «pour l’occupation du domaine public», nécessaire pour empêcher des citoyens de se stationner, que le 14 août dernier, a confirmé la Ville de Montréal au «24 heures».

Domaine public

«Si un particulier faisait quelque chose comme ça, il se ferait taper sur la gueule», dénonce Alain Gerbier, voisin de Bell, qui a la compagnie de télécommunication en grippe depuis la fin juin.

Bell avait manifesté il y a un certain temps son intention d’effectuer d’importants travaux de nature électrique sur son terrain. Pour ce faire, l’entreprise avait demandé aux résidents de mettre fin à leur jardin communautaire, qui se trouvait sur une petite bande de terre qui appartient à la Ville, juste devant la clôture de Bell.

«Ils ont piétiné nos plants de tomates et nos fraisiers pour mettre une affiche. C’est pour ça que je me suis plaint auprès de l’arrondissement au départ», se souvient Alain Gerbier, qui a en même temps découvert que Bell ne disposait d’aucun permis.

La Ville l'a informé que la compagnie n’en avait pas besoin puisque les travaux toucheraient uniquement son terrain privé.

«Mais on savait très bien que notre jardin était public. Ça faisait quatre ans qu’on négociait avec la Ville pour avoir droit de le faire», poursuit-il, peu impressionné par la visite du premier inspecteur municipal.

Réactions tardives

Quand le chantier s’est mis en branle pour de bon la semaine dernière et qu’il a vu que Bell monopolisait une partie de la rue, M. Gerbier a donc rappelé l’arrondissement Ville-Marie.

«Après vérifications, l’arrondissement a demandé à Bell Canada de retirer l’aménagement temporaire d’une entrée charretière en bois, car celui-ci ne respectait pas le permis d’occupation du domaine public. Celui-ci a été retiré rapidement par l’entrepreneur», a fait savoir la Ville jeudi par courriel, n’évoquant pas l’interdiction de stationner.

Lorsque contactée par «24 heures», Bell Canada s’est contentée de répondre que l’entreprise avait maintenant un permis, sans mentionner la date d’attribution.

Quelques heures après notre passage sur les lieux, le fameux permis a été affiché sur la clôture. Les travaux se poursuivent jusqu’en septembre.

À lire aussi

Et encore plus