Les compétences du gestionnaire de réseaux sociaux | 24 heures
/jobs

Les compétences du gestionnaire de réseaux sociaux

Philippe Jean Poirier - 37e AVENUE

 

Être payé à passer ses journées sur Facebook ou sur Snapchat en fait rêver plus d’un, mais bien gérer ces plates-formes n’est pas aussi simple qu’on pourrait le croire.

« Le plus important dans ce travail, ce sont les relations humaines, dit Adeline Fortin, gestionnaire de communauté au Studio Chez June. Après tout, nous sommes des humains derrière nos écrans qui communiquons avec d’autres humains... »

Mengjin Li est gestionnaire de communauté pour l’agence Ressac. Elle voit deux facettes à son métier : « Oui, il y a de la rédaction et de la création de contenus, mais il y a aussi tout un volet public, de gestion de la communauté, où l’on interagit avec les internautes. »

Pour toucher les auditoires ciblés, il faut deux choses : « Tout d’abord, il faut être capable de se mettre dans la tête de son interlocuteur et savoir adapter son ton et son langage, explique Mengjin Li. Ensuite, il y a tout un volet de service à la clientèle qui vient avec les médias sociaux. Il faut être capable de répondre aux internautes avec empathie. »

Imaginatif et prêt à prendre des risques

Comment savoir quelle image et quel texte créeront de l’engagement ? Pour Adeline Fortin, il n’y a pas de recette magique. Il faut être imaginatif et accepter de prendre quelques risques :

« Cibler le bon auditoire pour avoir des communications optimisées et efficaces demande du temps et beaucoup d’essais et erreurs. Certains professionnels veulent rester dans des lignes directrices strictes, ce qui est très bien, mais qui ne permet pas forcément de nouveauté ou d’originalité. »

Disponibilité et sens de l’organisation

« Il faut être très disponible, poursuit Adeline Fortin. On doit parfois répondre à des questions ou publier des informations très tôt le matin, ou tard le soir. »

Il faut aussi avoir un sens de l’organisation très aigu. En agence, les gestionnaires gèrent la plupart du temps plus d’une communauté à la fois, tout en prévoyant du contenu pour les journées spéciales.

Connaissances techniques

Au-delà du volet communicationnel, les gestionnaires doivent posséder une connaissance de base des logiciels et des plates-formes à utiliser pour créer du contenu et gérer le calendrier de publication.

« Avant de commencer comme gestionnaire de communauté, je maîtrisais déjà Photoshop et ça m’a beaucoup aidé, dit Mengjin Li. Mais je ne pense pas qu’on ait besoin d’être un expert. C’est également un plus de maîtriser les plates-formes de publication automatisée, car on ne peut pas toujours être disponible pour mettre du contenu en ligne. »

Technicien du Web social

En conclusion, les gestionnaires de communauté font beaucoup plus que « passer toute leur journée sur Facebook ou Instagram » :

« On présente des rapports de performance, on définit des objectifs, on crée des visuels, on interagit avec les gens, on crée des liens, on analyse la portée des communications... et beaucoup plus ! résume Adeline Fortin. Nous pourrions être considérés comme des techniciens du Web social, une formule qui résume pas mal ma vision de ce métier. »

 

À lire aussi

Et encore plus