Six blessés: le chien de Montréal-Nord sera euthanasié, réplique la mairesse | 24 heures
/mtl-news/news

Six blessés: le chien de Montréal-Nord sera euthanasié, réplique la mairesse

Les élus de l’arrondissement de Montréal-Nord n’ont pas l’intention de revenir en arrière. Le chien qui a fait six blessés le mois dernier dans un appartement du boulevard Saint-Michel sera euthanasié, une fois l’enquête du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) terminée, a assuré mercredi la mairesse Christine Black.

«De notre côté, la décision était déjà prise, on ne compte pas revenir en arrière. Le chien sera euthanasié. Actuellement, ce n’est pas possible de le faire en raison de l’enquête du SPVM», a-t-elle affirmé.

La mairesse de l’arrondissement réplique ainsi aux lettres que lui a envoyées le cabinet d’avocats d’Anne-France Goldwater, qui demande d’épargner l’animal. Selon nos informations, l’euthanasie pourrait même faire très prochainement l’objet d’une contestation judiciaire. Si c’est le cas, Christine Black est prête à défendre ses arguments devant la cour.

«C’est sûr qu’on est très étonnés, car ce sont les contribuables qui vont devoir payer les frais judiciaires, a continué la mairesse. Ce que je prône depuis le début, c’est que l’humain passe avant tout. C’est l’humain qui est important. Je tiens à rappeler que ce chien-là a blessé six personnes, dont deux enfants grièvement. Ce ne sont pas des événements mineurs. Rappelons-nous qu’un bon samaritain est passé dans la rue et a même dû prendre une pelle pour maîtriser le chien. Dans ce contexte-là, je pense aux enfants qui ont été blessés et à tous les autres qui pourraient subir le même sort.»

L'Ordre des vétérinaires lance un message à Me Goldwater

De son côté, l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec a tenu à réagir, mercredi, à la suite de l’intervention de Me Anne-France Goldwater qui veut sauver le chien.

En entrevue à TVA Nouvelles, la présidente de l’Ordre, Caroline Kilsdonk, a affirmé que les seules personnes qui ont une réelle expertise et la neutralité requise pour mener des évaluations en matière de dangerosité canine sont les médecins vétérinaires.

Mardi, dans un reportage de TVA Nouvelles, on apprenait que Me Chantal Phan, qui veut protéger l’animal, souhaiterait l’évaluer. Me Phan dit avoir une expertise en comportement canin.

«Pour nous, c’est essentiel que ce soit des médecins vétérinaires qui fassent de telles évaluations. Ces évaluations demandent beaucoup de mise en contexte, ça demande de tenir compte de très nombreux critères, a plaidé Mme Kilsdonk. Il faut aussi évaluer s’il y a des facteurs de santé physique et mentale qui peuvent influencer le comportement du chien. Il va sans dire que les seules personnes qui ont une réelle expertise en matière de santé animale, ce sont les médecins vétérinaires.»

«Il y a un autre aspect qu’il ne faut pas négliger, soit la responsabilité déontologique des médecins vétérinaires. Ils sont les seuls professionnels à avoir des responsabilités déontologiques autant envers les humains qu’envers les chiens. Ces évaluations-là doivent être conduites de façon neutre», a-t-elle poursuivi.