Une carrière créative à Montréal | 24 Heures MTL
/jobs

Une carrière créative à Montréal

Anne-Hélène Dupont — 37e AVENUE

 

Avec ses tournages et ses spectacles à profusion, son industrie du jeu vidéo réputée et ses médias, Montréal offre une foule d’emplois de qualité dans les industries créatives. Portrait de la main-d’œuvre actuelle et des enjeux d’avenir dans le domaine.

Dans la région métropolitaine de Montréal, 101 300 travailleurs œuvrent directement dans une industrie créative, soit 10 000 travailleurs de plus qu’en 2013, selon un rapport que la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) a publié en novembre dernier. Ceci représente un travailleur sur vingt.

La métropole se maintient ainsi au septième rang des villes créatives en Amérique du Nord en ce qui a trait à la proportion d’emplois que ces secteurs rassemblent.

Des créateurs parmi nous

Les industries créatives rassemblent les domaines de l’architecture et du design, les arts (vivants, visuels et numériques), les médias (télévision, cinéma, vidéo) et l’édition de livres et de journaux, sans oublier la création de mode, le jeu vidéo, le multimédia et la création publicitaire.

Votre tante conservatrice de musée et votre ami enseignant de théâtre ? Ils font plutôt partie de l’écosystème plus large qui soutient la créativité montréalaise, lequel inclut aussi les salles de spectacles et autres lieux de diffusion, de même que les technologies de l’information.

Des entreprises naines... ou géantes !

Le Québec est le royaume de la petite entreprise, et c’est encore plus vrai dans les domaines créatifs. Les deux tiers (64 %) des entreprises y emploient moins de cinq personnes, alors que c’est le cas de 57 % de toutes les entreprises de la région.

Le phénomène s’explique notamment par le statut de travailleur autonome qui caractérise une proportion importante des artistes. Autre facteur : la petite taille de nombreux cabinets d’architectes et compagnies de design.

À l’autre extrémité du spectre, le secteur du multimédia se démarque : 8 % des entreprises qui le composent comptent plus de cent employés — parfois des milliers. Ces Ubisoft, Warner, Moment Factory, Cirque du Soleil et autres Société Radio-Canada font figure de géants dans l’industrie.

Surtout masculin

Alors que la main-d’œuvre du grand Montréal est à 49 % composée de femmes, les industries créatives comptent dans l’ensemble seulement 44 % de travailleuses. Le secteur du multimédia est en grande partie responsable de cette surreprésentation masculine, puisqu’il emploie seulement 23 % de femmes.

S’il en est ainsi, c’est notamment parce qu’au Québec, moins de femmes étudient dans les domaines des sciences, du génie et des technologies. Le Mouvement montréalais Les Filles & le code indique par exemple qu’en 2013, les femmes représentaient un maigre 13 % des diplômés en informatique de l’Université de Montréal.

Assurer l’avenir

Pour répondre à la demande croissante en produits créatifs et pour conserver sa place parmi les plus grandes villes créatives du continent, Montréal devra entretenir son contingent de talents créatifs.

La CCMM souligne que la capacité à attirer des femmes dans le domaine du multimédia est cruciale pour assurer l’avenir de secteur de l’économie montréalaise, où le nombre d’emplois augmente en moyenne de 7,6 % par année depuis 2013.

La rétention des étudiants étrangers après l’obtention de leur diplôme est un autre élément clé. La diversité culturelle de la population montréalaise est en effet l’un des traits qui la rendent si créative !

À lire aussi

Et encore plus