Plus que 53 dodos avant le printemps | 24 Heures MTL
/transports

Plus que 53 dodos avant le printemps

Sortez vos crampons. Montréal étant dans l’incapacité de tout nettoyer en une journée, les rues qui étaient de véritables pataugeoires hier devraient aujourd’hui de se transformer en patinoires après la chute des températures.

« La journée ne sera pas facile », a dit la mairesse Valérie Plante en point de presse hier midi, en parlant de ce qui attend les Montréalais aujourd’hui.

s

Montréal a mené hier une course contre la montre afin de dégager et de gratter le plus de trottoirs et de rues pleines de sloche avant que le mercure ne baisse en fin de journée.

Le thermomètre devait atteindre les -11 °C ce matin, avec un refroidissement éolien à -18 °C. Le maximum prévu est de -5 °C.

Des équipes travaillaient aussi à déglacer les puisards pour que l’eau puisse recommencer à s’y écouler afin de drainer les accumulations.

Mais ce ne sera pas suffisant, reconnaît la mairesse. Elle a précisé hier qu’il était impossible pour la Ville de tout nettoyer à temps pour la chute du mercure.

« Montréal, c’est 10 000 km de rues et de trottoirs à déblayer. Je demande aux Montréalais d’être résilients avec nous, mais je tiens à les rassurer que tout est mis en œuvre pour s’assurer que ce sera le plus sécuritaire possible », a continué Mme Plante.

3000 employés

Au centre-ville hier, les piétons étaient incapables d’éviter les flaques qui étaient parfois si profondes que l’eau entrait dans les bottes de pluie ou d’hiver.

Pendant ce temps, environ 3000 personnes et 2200 camions ont été déployés hier dans les rues de la métropole pour déblayer et épandre de l’abrasif.

  • À ÉCOUTER AUSSI:

 

Les opérations de chargement de la neige tombée dimanche et mercredi ont été ralenties, mais se sont poursuivies afin d’éviter la formation d’amas glacés.

« C’est une situation pas évidente, pas facile pour une ville, parce qu’habituellement on déploie nos énergies sur une opération. Là on doit en mener deux, même deux et demie, parce que les puisards sont [au maximum de leur capacité] », a expliqué la mairesse, assurant qu’elle suivait la situation d’heure en heure.

Une vague de froid a secoué Montréal la semaine dernière, suivie d’une tempête de neige dimanche. D’autres précipitations de neige sont tombées mercredi avant de se transformer en pluie verglaçante et en pluie pendant la nuit.

La Ville estime que l’ensemble de ses opérations de déneigement, dont le chargement de la neige, se terminera mercredi.

Pas de croque-glace

Les « croque-glace » achetés pour le début de l’hiver sont restés au garage hier, et la Ville a dit tout faire pour ne pas les utiliser aujourd’hui.

Ces brise-glace rotatifs, qui valent chacun près de 20 000 $, peuvent être déployés lorsqu’une couche de glace d’au moins un pouce se forme au sol.

« Tout est fait pour éviter qu’on doive utiliser l’artillerie lourde, les croque-glace s’il le faut, on les a dans nos cours de voirie », a indiqué le porte-parole administratif de la Ville, Philippe Sabourin.

Montréal veut éviter le plus possible l’accumulation d’eau qui se transformerait en glace.

– Avec Francis Pilon et Béatrice Roy-Brunet


♦ Les trois commissions scolaires de l’île de Montréal avaient fermé leurs écoles hier. Toutefois, elles n’étaient pas en mesure de prévoir en soirée si elles comptaient faire de même aujourd’hui.

 

Les pieds dans l’eau... ou pas

Pendant que les cols bleus travaillaient d’arrache-pied hier, des piétons voulaient éviter de se mouiller

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Joël Lemay / Agence QMI

Capture d’écran d'une vidéo Facebook

Un Spider-Man dans Griffintown ?

Capture d’écran de la page Facebook Spotted Griffintown

Tous les moyens étaient bons, hier à Montréal, pour ne pas se mouiller les pieds. La page Facebook Spotted Griffintown a diffusé une vidéo d’un homme qui tente d’escalader le grillage sur le mur de l’ancienne brasserie Dow, sur la rue Peel, afin d’éviter un trottoir inondé.

Les compétences de l’homme-araignée auraient pu s’avérer utiles. « Il avait apporté son stock d’escalade », ironisent les vidéastes amateurs.

On ne connaît pas l’identité de l’escaladeur en herbe.

L’entraide au rendez-vous

Des Montréalais n’ont pas hésité à aider des piétons à traverser les trottoirs glacés et les rues transformées en lacs hier.

Photo Chantal Poirier

Photo Chantal Poirier

Photo Chantal Poirier

 

 

 

 

 

À lire aussi

Et encore plus