Des itinérants laissés pour compte depuis l’ouverture du Royal Victoria | 24 heures
/mtl-news/news

Des itinérants laissés pour compte depuis l’ouverture du Royal Victoria

MONTRÉAL – Chaque semaine, une trentaine de sans-abri dans l’est de Montréal sont isolés et privés de transport pour se trouver un endroit où dormir au chaud en plein hiver depuis que des itinérants sont hébergés dans l’ancien hôpital Royal Victoria.

Près de 80 lits sont disponibles dans l’ancien hôpital qui sert désormais d’unité de débordement d'urgence pour les refuges de sans-abri depuis janvier dernier. Un bien pour un mal qui aide les itinérants du centre-ville et qui laisse pour compte ceux de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

La Mission Old Brewery offre toujours son service de navette cette année. Un chauffeur sillonne les rues de la métropole en invitant les sans-abri à monter afin de se réchauffer et de se rendre de façon sécuritaire dans les refuges.

Par contre, contrairement à l’année dernière, la navette ne circule plus dans l’est de la ville entre 19 h 30 et 2 h du matin.

«Pour nous, l’enjeu est de taille», a affirmé Nina Bello, responsable des communications au CAP Saint-Bernabé, un organisme communautaire du quartier Hochelaga-Maisonneuve qui aide les personnes dans le besoin à se nourrir, à se vêtir et à s'instruire.

«Lorsque l’on se retrouve avec un surplus d’usagers [après 19 h 30], nous n’avons pas de solution à leur proposer, car il n’y a pas d’autre ressource dans l’est de l’ile, a poursuivi Mme Bello. D’autres hésitent à venir s’ils n’ont pas la garantie de pouvoir retourner le lendemain vers leur milieu. Il est déjà difficile d’être à la rue, cela ajoute un stress supplémentaire.»

Priorité au Royal Victoria

«Avec la mise en place de l’Hôpital Royal Victoria, effectivement, on ne peut pas aller dans l’est autant qu’on y allait. Mais, on y va encore. Mais vraiment pas aussi souvent», a mentionné au «24 Heures» Émilie Fortier, de la Mission Old Brewery.

Selon Mme Fortier, la navette priorise les itinérants qui se dirigent au Royal Victoria et son trajet se réalise principalement au centre-ville. Faute de temps, entre autres, leur véhicule n’arrive plus à circuler dans l’est de la ville comme dans le passé.

«À la même période l’année dernière, on parlait de 30 à 50 déplacements par nuit. Et là, on est rendu à 70 [et] jusqu’à 140 déplacements», a indiqué la Mission Old Brewery.

Des billets pour le transport en commun, pour le taxi et même pour une deuxième navette qui irait dans l’est de Montréal sont des pistes de solution discutées par les différents refuges en ce moment pour aider le CAP Saint-Bernabé.

Manque à combler

«Le Royal Victoria répond à un besoin et c’est parfait. Mais le problème, c’est que toutes les réponses pour aider les personnes en situation d’itinérance se trouvent au centre-ville et ça ne peut pas fonctionner. Il y a un problème d’itinérance à Hochelaga en expansion et il faut les aider eux aussi», a souligné Pierre Gaudreau, directeur du Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM).

Même son de cloche pour le député solidaire dans Hochelaga-Maisonneuve, Alexandre Leduc.

«Je ne veux pas jeter un blâme à Old Brewery. Il y a de plus en plus d’itinérance dans Hochelaga-Maisonneuve. On demande à la ministre Danielle McCann d’injecter plus d’argent dans l’est pour venir en aide aux gens qui sont dans la rue. C’est une bonne nouvelle le Royal Victoria, mais ça ne règle pas notre problème dans Hochelaga», a soutenu M. Leduc.

À lire aussi

Et encore plus