Des déneigeurs deviennent des dangers publics: des gens sans formation sont mis sur les machines et doivent faire des heures inhumaines | 24 Heures MTL
/transports

Des déneigeurs deviennent des dangers publics: des gens sans formation sont mis sur les machines et doivent faire des heures inhumaines

s

Des déneigeurs montréalais sont nombreux à travailler durant plus de 15 heures en ligne et sans formation adéquate. Ils deviennent, de leur propre aveu, de véritables dangers publics.  

En novembre dernier, TVA Nouvelles rapportait que les accidents impliquant des véhicules de déneigement étaient en hausse depuis trois ans. Afin de comprendre ce qui se passait, j’ai recueilli les témoignages d’une vingtaine de déneigeurs de la grande région de Montréal. Un de mes collègues a aussi été engagé par une entreprise privée, où on lui a demandé de travailler 32 heures en l’espace de deux jours, sans formation.   

En suivant plusieurs d’entre eux sur le terrain, j’ai constaté combien leur travail est une véritable course à obstacles. Les citoyens sont sans aucun doute ceux qui nuisent le plus aux opérations à cause de leur imprudence autour des machines.   

«Si seulement les gens savaient à quel point on n’a pas le contrôle et qu’on ne voit pas tout... Ils auraient peur!» s’exclame Jacques Bouffard, l’un des seuls déneigeurs qui a accepté de me parler à visage découvert et qui cumule 46 ans d’expérience.   

C’est qu’au volant de ces grosses machines, il y a souvent des femmes et des hommes exténués qui manquent de formation.   

Constats troublants  

À Montréal, ce sont des entreprises privées qui assurent le déneigement de la moitié du territoire. La majorité des compagnies ont des façons de faire semblables.      

  •  Il n’y a pas de formation obligatoire   
  •  Il n’y a pas permis spécifique pour opérer les véhicules (peu importe l’engin). Seul un permis de conduire standard est requis   
  •  Il n’y a pas d’encadrement sur les heures de travail      

Dans le secteur public, par contre, les cols bleus ont des formations spécifiques avant d’embarquer dans un véhicule de déneigement. Ils doivent aussi détenir un permis de classe 3, pour la conduite de poids lourds. Mais la loi n’oblige pas la détention d’un tel permis pour les engins de déneigement: il y a un vide juridique.   

Des heures de fou  

Mais il y a un autre vide juridique inquiétant... Les déneigeurs n’ont pas d’obligation légale en ce qui a trait aux heures de travail. Dans le secteur public, les employés qui font du déneigement se conforment à la loi 430. En théorie, ils ne conduisent pas plus de 13 heures par jour et pas plus de 70 heures par semaine.   

Dans le secteur privé, ces règles sont loin d’être appliquées avec autant de rigueur. La majorité des entreprises ont un manque de main-d’œuvre et poussent leurs employés à l’extrême. De nombreux déneigeurs, qui ont requis l’anonymat, m’ont relaté des histoires troublantes.      

  •  «J’ai déjà fait 42 heures de suite, je cognais des clous à chaque coin de rue.»   
  •  «Mes journées, c’est en moyenne du 15-16 heures de suite.»   
  •  «Ils ont mis un petit jeune sur un loader (chargeur), sur une rue achalandée... pis il n’avait aucune idée quoi faire... Il fonçait partout.»      

Des changements à venir  

Les élus municipaux et provinciaux ont réagi fortement aux informations que je leur ai transmises. Du côté de la Ville de Montréal, l’élu responsable du déneigement, Jean-François Parenteau, s’est engagé à réévaluer les critères des contrats de déneigement, pour y ajouter, par exemple, l’obligation d’une formation adéquate aux employés.   

Le ministre des Transports, François Bonnardel, s’est dit préoccupé par nos allégations. Il affirme qu’en partenariat avec le gouvernement fédéral, il revoit actuellement la réglementation sur les heures de conduite et de repos des véhicules lourds, et que cela impliquera aussi le secteur du déneigement.   

L’Association des entrepreneurs en déneigement du Québec a pour sa part indiqué qu’il faudrait créer une formation spécifique au déneigement en milieu urbain.   

De bien beaux engagements..., mais dans ce cas-ci, il faut absolument que les bottines suivent les babines. La sécurité de tous est en danger: tant les personnes dans les véhicules de déneigement que les citoyens qui les croisent sur la rue.   

 – Avec la collaboration de Jean Balthazard  

Opérer sans formation    

Daphnée Hacker-B.  

Sans formation, notre collaborateur a déneigé les rues de Montréal aux commandes d'une chenillette 32 heures sur deux jours.   

Avec un permis de conduire standard en main, le producteur de contenus pour Tabloïd Jean Balthazard a travaillé pour une entreprise privée de déneigement dont nous tairons le nom, car elle serait loin d’être la seule à agir de la sorte.   

Matt Joycey

  

Tout au long de son expérience, personne n’a vérifié la qualité du travail de Jean, et on lui a rarement expliqué quoi faire. Le peu d’heures de repos qu’il a eues a aussi grandement affecté sa concentration et son attention.   

Voici en quelques points comment s’est déroulée son expérience.   

Avant l'embauche   

13 h: Voyant qu’une tempête est annoncée dans les prochaines heures, Jean appelle une compagnie. Même s’il n’a aucune expérience, il est embauché en moins de cinq minutes. Il est sur appel pour le soir même.   

JOUR 1  

3 h du matin: Jean reçoit un appel en pleine nuit. Il doit se rendre le plus rapidement possible au garage de la compagnie.   

4 h du matin: Jean rencontre son contremaître. Il lui montre le véhicule qu’il va opérer : une chenillette.   

4 h 15 du matin: Le contremaître dit à Jean d’effectuer quelques manoeuvres dans le stationnement. Ce cours express de cinq minutes est son unique formation.   

4 h 30: Avec un plan des rues à déneiger, Jean est laissé à lui-même. Il tente de déblayer les trottoirs, mais souvent il n’est même pas capable de les voir.   

11 h: Un employé avec qui il discute lui dit qu’il a déjà fait 30 heures de suite et qu’il cognait des clous à chaque coin de rue. Les autres employés répètent qu’il est normal pour eux de «faire des 18 heures de travail» durant plusieurs journées consécutives. Ils ajoutent qu’ils le font surtout par respect pour le contremaître, malgré leur niveau de fatigue extrême.   

14 h: Exténué, Jean a le droit à une première pause de quelques heures avant de recommencer pour la soirée. Durant son premier quart de travail, il n’a reçu aucune indication sur la qualité de son travail.   

Heures cumulées: 10 heures   

18 h: Jean participe à une opération de chargement de neige qui se termine à 22 h. Son contremaître lui dit de suivre les autres véhicules, sans préciser ses tâches.   

Heures cumulées: 14 heures   

JOUR 2  

5 h: Jean se lève. Il a dormi cinq heures. Il doit se rendre au garage, sa journée commence à 6 h et il n’a aucune idée quand il terminera. Dès les premières heures de travail, il remarque que son niveau d’attention n’est vraiment pas optimal.   

16 h: La chenillette est brisée. Son contremaître lui fournit alors un autre véhicule, dont les freins sont défectueux. La seule façon de freiner est de tirer fort sur les manivelles, c’est très difficile et Jean perd souvent le contrôle de l’engin.   

20 h: Il prend une légère pause de travail avec ses collègues. Tout le monde semble surmené. Pourtant, ils risquent de travailler durant les sept jours qui suivent, à raison de 18 heures par jour.   

Minuit: Il termine son deuxième quart de travail. C’est la fin de son expérience de déneigeur.   

Heures cumulées: 32 heures   

Jean a travaillé autant en seulement deux jours. Il a démissionné par la suite sans réclamer le salaire qui lui était dû.   

 EXIGENCES DU PUBLIC VS PRIVÉ   

 Les exigences pour conduire un véhicule de déneigement varient vraiment entre le public et le privé. Par exemple:   

 Pour conduire une souffleuse  

 Dans le secteur privé:   

  •  Permis de conduire classe 5   
  •  Aucune formation obligatoire      

 Dans le secteur public:   

  •  Permis de conduire classe 3 (entre 20 et 30 h de formation pratique et théorique)   
  •  Plusieurs jours de formation      

 Pour conduire une chenillette  

 Dans le secteur privé:   

  •  Permis de conduire classe 5   
  •  Aucune formation obligatoire      

 Dans le secteur public:   

  •  Permis de conduire classe 5   
  •  Plusieurs jours de formation      

 Les accidents impliquant des véhicules de déneigement en hausse:      

  •  2016: 490   
  •  2017: 670   
  •  2018: 868      

 *Ces chiffres incluent les dommages matériels, corporels et les décès.   

 Source: Société de l’assurance automobile du Québec   

 Aidez-moi! Faites-moi part des situations qui irritent votre quotidien! Transports en commun bondés, chantiers qui traînent, intersections dangereuses, aménagements urbains absurdes, lâchez-vous lousse! Devenez membre du groupe Facebook «Dans le trafic».

À lire aussi

Et encore plus