Pont de l’Île-aux-Tourtes: la porte reste ouverte au REM | 24 heures
/transports

Pont de l’Île-aux-Tourtes: la porte reste ouverte au REM

Québec ne ferme pas la porte au futur Réseau express métropolitain (REM) sur le nouveau pont de l’Île-aux-Tourtes, qui relie l’île de Montréal à Vaudreuil-Dorion, puisque la structure devra être en mesure d’accueillir un jour un mode de transport lourd.

«Si on pense à l’avenir, ce pont dans sa conception doit prévoir un mode de transport collectif lourd comme le REM par exemple», a affirmé mercredi la ministre responsable de la Métropole et déléguée aux Transports, Chantal Rouleau.

La technologie reste à être déterminée, a-t-elle indiqué, et les ingénieurs devront évaluer «ce qui sera le plus souhaitable».

«Qui sait qu’elle sera la technologie dans 5, 7 ou 10 ans? Ce qu’on veut, c’est inclure dans la construction du pont la capacité de recevoir une nouvelle technologie», a ajouté Mme Rouleau.

Cette dernière a dévoilé les détails du projet de reconstruction du pont de l’Île-aux-Tourtes. D’après le ministère des Transports, ce pont accessible depuis 1965 est emprunté par 86 000 voitures par jour, dont 10 % de camions.

Selon les prévisions actuelles, la nouvelle structure n’aura pas de péage et fera place des deux côtés à trois voies de circulation et une voie d’accotement pour autobus, et une voie pour les piétons et les cyclistes en direction de Vaudreuil.

Satisfaction

Le conseiller municipal de Hudson, Jim Duff, s’est dit satisfait de l’engagement de la ministre d’offrir une technologie lourde pour le transport collectif.

«Oui c’est comme si on réservait une table dans un restaurant, ce n’est pas encore livrer la marchandise, mais c’est promis», a-t-il dit.

Même son de cloche du côté de Louise Craig, qui est l’une des fondatrices de la page Facebook «Le REM dans/in Vaudreuil-Soulanges» et qui habite à Hudson.

«Oui je suis satisfaite de voir que la ministre s’est impliquée si rapidement, qu’elle a entendu les besoins des gens», a-t-elle indiqué.

Travaux de maintien

La nouvelle structure sera construite au nord du pont de l’Île-aux-Tourtes. D’ici l’inauguration, des travaux de maintien auront lieu sur le pont actuel et coûteront 50 millions $.

Chantal Rouleau n’a pas précisé mercredi les coûts estimés du projet, qui seront d’au moins 100 millions $, et son échéancier. Des études, notamment une étude d’impact environnemental, devront être menées et celles-ci permettront de monter un dossier d’affaires.

Des consultations publiques sur le projet doivent être tenues en mars à Vaudreuil et à Senneville.

Il est pour le moment prévu de construire des stations du REM vers l’ouest jusqu’à Saint-Anne-de-Bellevue. Les autobus qui circuleront sur le futur pont iront jusqu’à cette station du REM, a précisé Mme Rouleau.