Airbnb : des quartiers victimes de leur popularité | 24 Heures MTL
/news

Airbnb : des quartiers victimes de leur popularité

Image principale de l'article Airbnb : des quartiers victimes de leur popularité
Photo Agence QMI, Joël Lemay

MONTRÉAL – Dans certains quartiers populaires auprès des touristes, la plateforme d’hébergement Airbnb met des bâtons dans les roues des Montréalais en quête d’un logement.

Selon une nouvelle étude présentée jeudi, les logements de qualité du Plateau-Mont-Royal et Ville-Marie sont particulièrement recherchés sur la plateforme. Sur les 24 000 logements proposés par Airbnb à Montréal, plus de 60% des offres sont situées dans ces quartiers, avance le Comité logement du Plateau Mont-Royal et de Ville-Marie.

Photo Agence QMI, Joël Lemay

La chercheuse Odile Lanctôt a expliqué que certains propriétaires convertissent leurs immeubles à logement en hébergement touristique, leur permettant ainsi d'augmenter leurs revenus.

Le Plateau-Mont-Royal perd actuellement 5% du parc de logements locatifs par année au profit de la location aux touristes. «Ça représente environ 1500 logements qui sont retirés de manière permanente du marché», a indiqué la chercheuse Odile Lanctôt en marge d’une conférence de presse.

L’étude révèle que 68% des annonces affichées sur Airbnb proposent des logements entiers, plutôt que des chambres. «Ce constat est d’autant plus alarmant quand on considère que le taux d’inoccupation pour le Plateau Mont-Royal est [...] de 0,2% pour les grands logements [3 chambres ou plus]», a mentionné Mme Lanctôt dans sa recherche. «C’est une réelle menace pour l’offre locative traditionnelle.»

Photo Agence QMI, Joël Lemay

À travers Montréal

Odile Lanctôt ajoute que les arrondissements Villeray, Hochelaga et Le Sud-Ouest sont aussi aux prises avec ce problème. «C’est des quartiers où la gentrification est déjà entamée, des quartiers où les loyers sont encore bas et que c’est profitable de faire de la location touristique.»

Le nombre d’annonces sur Airbnb a augmenté de 21% à travers la Ville de Montréal entre avril 2017 et mars 2018.

«Ce phénomène-là renforce la gentrification déjà existante dans les arrondissements. Elle exerce une pression à la hausse sur les loyers, une diminution de l’offre de logements disponibles pour les résidents et résidentes.»

Joël Lemay / Agence QMI

Gaétan Roberge, du Comité logement Ville-Marie, déplore le manque d’encadrement de la part de la Ville, malgré des règlements de zonage visant à restreindre la présence de ce type d’hébergement dans les arrondissements du Plateau-Mont-Royal et de Ville-Marie. «Pour l’instant, le message qui est lancé c’est que n’importe qui peut faire n’importe quoi, n’importe où.»

À lire aussi

Et encore plus