Élections 2018: ton recap de la semaine | 24 heures
/misc

Élections 2018: ton recap de la semaine

Image principale de l'article Élections 2018: ton recap de la semaine
Montage : Christine Lemus

Depuis lundi, les chefs sont entrés dans le blitz de fin de campagne. Deux débats, des sondages étonnants, quelques bourdes... voici ton recap des faits saillants électoraux de la semaine.

Les sondages — ça bouge!

En pôle position depuis le début de la campagne, la CAQ a vu son avance fondre cette semaine. Le pouvoir pourrait lui glisser d’entre les mains au profit du PLQ.

Les trois principales maisons de sondage, Mainstreet, Léger et CROP ont publié des résultats fort différents. Peut-être que ça s’explique par le fait qu’elles utilisent trois méthodologies différentes. Par exemple, CROP distribue les indécis dans une proportion plus grande vers le PLQ.

La bataille de la meilleure alternative

Le thème du changement étant omniprésent, la CAQ et le PQ se sont livrés un combat sans merci pour se présenter comme la meilleure alternative au PLQ.

De son côté, le PLQ a avancé qu’il n’y avait tout simplement pas de meilleure alternative que lui-même!

Quant à QS, Manon Massé a martelé que les Québécois étaient tannés des «vieux partis». Je mets vieux partis entre guillemets parce qu’il faut le rappeler, la CAQ a été fondée en 2011 et QS en 2006.

Immigration — l’enjeu de la semaine

Au début de la campagne, l’enjeu de l’immigration s’articulait autour des ratés dans la francisation et l’intégration des immigrants, ce qui avantageait la CAQ.

Cette semaine, c’est par l’entremise de la pénurie de main-d’œuvre que la question de l’immigration a été abordée. Bien que l’immigration  ne soit pas une solution miracle à ce défi économique , cette nouvelle perspective profite aux Libéraux.

Bourdes

Pas de scandale à proprement dit cette semaine, seulement quelques bourdes.

D’abord, Philippe Couillard a fait un  dragon  de lui-même en affirmant que 75$ par semaine est suffisant pour nourrir une famille.

Quant à Legault, sa compréhension partielle du système d’immigration et son incapacité à identifier le Nouveau-Brunswick comme seule province bilingue au Canada, lui ont nui. La CAQ a même jugé bon de faire une sortie médiatique où ses candidats vedettes sont venus à la rescousse de leur chef.

Montage : Christine Lemus

Quelques promesses importantes

Avec deux débats au programme, les promesses  ont été moins nombreuses cette semaine.

Au PLQ, on a misé sur la gratuité scolaire pour les études à temps partiel au cégep dans un programme technique ou à la formation professionnelle.

À la CAQ, on veut revitaliser le patrimoine religieux et élargir l’autoroute 30.

Au PQ, Michelle Blanc a présenté son institut de recherche du numérique. Lisée a annoncé 26 800 nouvelles places en CPE et proposé de déménager cinq ministères en région.

À QS, on a promis des CLSC ouverts 24/7 et la création d’un fonds régional en culture.

Montage : Christine Lemus

Débat in english et Face-à-face TVA

Le premier débat télévisé en anglais de l’histoire du Québec a eu lieu mardi. Selon les observateurs, Lisée en sort gagnant.

Jeudi, TVA proposait son Face-à-face. Trois grands thèmes ont été abordés : la santé, les familles et l’éducation; l’immigration et l’identité; l’économie et les finances publiques.

L’épineuse question du français à Montréal y a aussi été abordée et les quatre chefs ont pris la défense du Québec dans ses rapports avec Ottawa.Le grand oublié de la soirée, l’environnement.

Verdict de la performance des chefs

Legault : Gagnant, mais par une petite marge. Crispé au début, il a gagné en aise tout au long du débat. Il maîtrisait bien le sens de la formule pour exposer ses points et surtout pour définir ses adversaires. Lisée et Couillard ont particulièrement goûté à sa médecine.

Partant sur la défensive, il en est finalement sorti gagnant du bloc sur l’immigration et l’identité. Voyons si sa performance sera suffisante pour stopper la glissade de la CAQ dans les sondages.

Massé et Couillard : Ex-aequo en deuxième place. Plus confrontée que dans les autres débats, Massé a su rester naturelle et spontanée. Elle a expliqué son programme de manière accessible. Toutefois, la légèreté avec laquelle elle aborde la question de la dette est franchement déconcertante.

Couillard était comme une roche, restait calme lorsqu’attaqué. Il n’a pas su corriger sa bourde sur l’épicerie à 75$, mais il a bien défendu les positions campées de son parti. Quelques bonnes lignes dont « Le Québec est un conquérant. » lorsqu’il était question des sièges sociaux.

Lisée : le grand perdant de la soirée. Il semblait plus fatigué qu’à l’habitude. Son attaque envers Manon Massé à savoir qui était le réel chef de QS  était bonne, mais mal dosée. Il n’a jamais su s’imposer efficacement. Son meilleur coup est venu dans son discours de clôture lorsqu’il a mentionné que les Libéraux étaient au pouvoir depuis avant Facebook!

Semaine prochaine

Un passage fort attendu des quatre protagonistes à  Tout le monde en parle ce dimanche. À vous de juger si Guy A fera une meilleure job de modérateur que Patrice Roy et Pierre Bruneau!