L’eau des commerces taxée en 2021 | 24 heures
/mtl-news/news

L’eau des commerces taxée en 2021

Image principale de l'article L’eau des commerces taxée en 2021
Photo d'archives

La Ville a annoncé lundi dans son budget qu’elle commencerait à taxer au mètre cube l’eau consommée des immeubles non résidentiels, dès 2021.  

• À lire aussi: Augmentation de 2,1% de l’impôt foncier à Montréal  

• À lire aussi: Le taux d’endettement restera au-dessus de 100% pendant sept ans  

Cette mesure d’écofiscalité est ressortie des consultations prébudgétaires que la Ville a menées au printemps dernier, a indiqué le président du comité exécutif, Benoit Dorais.     

«Ça va nous permettre de lier la tarification à la consommation réelle pour les industries et les commerces, sur le principe de l’utilisateur-payeur», a affirmé M. Dorais.     

Il s’agit de bâtiments dans lesquels l’installation de compteurs d’eau est déjà en cours.    

Les commerces qui sont situés dans des bâtiments qui comprennent aussi des résidences ne seront pas touchés par cette mesure, a précisé la mairesse, Valérie Plante.    

L’administration Plante n’a pas indiqué lundi quel pourrait être le montant de cette nouvelle taxe ni combien de revenus elle entendait aller chercher avec cette mesure.     

«Ce n’est pas une façon d’aller chercher des revenus, tant que d’évaluer notre consommation d’eau», a spécifié Mme Plante.    

Le coût de l’eau au mètre cube devrait être dévoilé ce printemps. Ensuite, les propriétaires recevront une «facture à blanc», qui leur indiquera leur consommation d’eau et qui donnera donc une idée du montant de la taxe qu’ils paieront à partir de 2021.    

S’ils diminuent leur consommation d’eau, ils pourraient voir leur compte de taxes baisser, a assuré M. Dorais.    

Bien accueilli   

Le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, salue cette nouvelle tarification basée sur la consommation, tant que l’idée n’est pas «d’aller chercher des revenus additionnels.»    

«La Ville a la responsabilité de diminuer les autres sources de taxation et va s’assurer que cette responsabilité soit respectée», a dit M. Leblanc, dans un entretien avec Le Journal.     

Celui-ci ajoute que la Ville de Montréal devra toutefois réfléchir à installer des compteurs dans tous les commerces, par souci d’équité.     

«On n’est pas encore là, mais peut-être qu’éventuellement, la Ville va devoir mettre des compteurs intelligents partout, a-t-il poursuivi. On va se poser la question pourquoi des entreprises seraient exemptées parce qu’elles sont dans des complexes mixtes»,    

Encore moins de taxes   

Par ailleurs, la Ville de Montréal réduira de nouveau les taxes des petits commerçants, comme elle l’avait fait l’an dernier.    

Après avoir accordé une baisse de 10% des taxes sur les premiers 500 000$ de valeur foncière des immeubles non résidentiels en 2019, l’administration Plante allège cette fois la facture de 12,5% pour les premiers 625 000$ de valeur.     

«Il y a beaucoup de changements dans les habitudes de consommation. On sait à quel point les commerces locaux font partie de la vitalité des quartiers. L’an dernier, on voulait envoyer un message fort. On a décidé d’aller encore plus loin, et la réduction de taxe sera encore plus généreuse», a souligné Valérie Plante.    

Selon la Ville, 92% des commerçants bénéficieront ainsi d’une baisse de taxes. Tous les propriétaires d’édifices non résidentiels valant moins de 4,2 M$ verront leur facture diminuer.    

«C’est une bonne nouvelle pour les commerçants à Montréal», juge la directrice générale de l’Association des sociétés de développement commercial de Montréal, Caroline Tessier. «On s’en va dans la bonne direction, si on a un plan sur les dix prochaines années pour réduire l’écart entre les taxes résidentielles et non résidentielles.»