Offrir plus qu'un bon salaire pour attirer les millénariaux | 24 Heures MTL
/jobs

Offrir plus qu'un bon salaire pour attirer les millénariaux

Marie-France Bujold - 37e AVENUE

 

Pour les chercheurs d’emploi, il n’y a pas que le salaire qui compte ! Même que près du tiers des candidats se retireraient d’un processus d’embauche si l’employeur refusait de négocier au-delà des préoccupations d’argent. Quels sont donc ces avantages qui font courir les millénariaux en particulier ? On a posé la question à une pro.

Le mot clé : flexibilité

Selon Elisabeth Starenkyj, associée principale et coprésidente de La tête chercheuse, le mot qui revient presque à tout coup quand on demande aux jeunes chercheurs d’emplois la plus grande qualité du poste qu’ils convoitent : flexibilité.

« Les millénariaux cherchent un emploi qui leur permet une flexibilité d’horaire. Ils souhaitent pouvoir parfois travailler de la maison et ne pas être obligés d’arriver au bureau tous les matins à 8 h. Ils veulent également une flexibilité en ce qui concerne leurs vacances. »

Se surpasser pour évoluer

C’est aussi une génération éprouvant un grand désir de se dépasser, explique Elisabeth Starenkyj. « Ils ont besoin d’apprendre, que ce soit à travers de nouvelles tâches, des projets ou des formations. Ils sont brillants, s’adaptent, apprennent vite et ils veulent avancer. S’ils ne se sentent pas stimulés dans leurs fonctions, cela joue sur leur niveau de bonheur. »

La spécialiste affirme aussi qu’ils doivent avoir le sentiment de progresser. « Ils souhaitent l’avancement professionnel par un changement de titre. Pour eux, attendre deux ou trois ans avant de changer de titre, c’est trop long ! C’est une génération impatiente. Il n’est pas rare de voir des CV où les candidats changent de poste tous les 12 à 18 mois. Quand ils ont l’impression de ne plus avoir de défi, ils sont prêts à passer à autre chose. »

Cela explique aussi pourquoi on voit de plus en plus de millénariaux de 35-38 ans dans des postes de VP, estime Elisabeth Starenkyj. « Ils ont gravi tous les échelons rapidement et plafonnent par la suite, ce qui les pousse souvent à changer de domaine pour continuer à être stimulés. »

L’importance des valeurs et de l’esprit d’équipe

Pour les millénariaux, les valeurs de l’entreprise pour laquelle ils travaillent sont également très importantes, précise Elisabeth Starenkyj. « C’est une génération qui choisit de travailler pour une compagnie qui correspond à leurs valeurs. S’ils sentent qu’ils œuvrent pour une société qui peut avoir un impact positif sur la société, ils vont souvent conserver leur poste, même si l’emploi ne correspond pas tout à fait à leurs attentes. »

Ils sont aussi intéressés par la collaboration et le travail d’équipe, ajoute Elisabeth Starenkyj. « S’ils sont dans une équipe stimulante, où il y a de l’entraide, ils vont parfois rester plus pour leurs collègues que pour le poste qu’ils occupent. »

Bref, selon cette experte du recrutement, « aujourd’hui, les gens ne travaillent pas seulement pour un salaire, car il y a de nombreuses occasions d’emplois. » N’empêche que la plupart des millénariaux n’hésiteront pas à changer de poste pour obtenir 5000 $ ou 10 000 $ de plus annuellement, à condition que leurs autres critères soient remplis.

À lire aussi

Et encore plus