L'automobile, reine de la grande région de Montréal | 24 Heures MTL
/transports

L'automobile, reine de la grande région de Montréal

s

L’automobile continue d’être reine dans la grande région de Montréal tandis que le parc de véhicules augmente et que de plus en plus de gens s’installent sur les couronnes.  

• À lire aussi: Pire hausse en 20 ans de l’utilisation du transport en commun  

La plus récente Enquête Origine-Destination, qui sera dévoilée aujourd’hui par l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), fait état d’un mince recul de 1 % de l’utilisation de l’automobile à l’heure de pointe matinale au cours des cinq dernières années.   

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec Jean Balthazard, producteur de contenus pour Tabloïd et Dans le trafic sur QUB radio :

À Laval et sur les rives sud et nord, les travailleurs parcourent les nombreux kilomètres qui les séparent du bureau en voiture, alors qu’on observe une augmentation de ces déplacements de 1 %.

La tendance n’est pas anodine, puisque l’étalement urbain gagne du terrain et que c’est dans ces secteurs qu’on observe la plus forte croissance démographique (4 % et 5 %), plus du double qu’à Montréal (2 %).        

Il n’y a que sur l’île de Montréal et à Longueuil que l’utilisation de l’automobile diminue réellement, peut-on observer dans le document qui a été brièvement accessible sur le site de l’ARTM hier.        

1,79 auto par ménage  

Dans le Grand Montréal, la voiture reste incontestablement le mode de transport le plus populaire, puisqu’elle est utilisée pour 68 % des déplacements matinaux.         

Ce taux est légèrement plus faible qu’il y a cinq ans, mais plus élevé qu’en 2008, alors que l’utilisation de l’auto avait atteint un creux, à 66 %.        

Le parc automobile augmente plus rapidement que le nombre de ménages, et compte maintenant 2,6 millions de véhicules.        

Même sur l’île de Montréal, sillonnée d’autobus et de lignes de métro, le cap symbolique d’une voiture par ménage atteint en 2013 vient d’être légèrement dépassé.         

Sur les couronnes, on parle plutôt de 1,79 véhicule par ménage.        

Les jeunes roulent aussi  

Les plus jeunes ne semblent pas plus prêts à délaisser leurs voitures : les 20 à 44 ans, parmi lesquels on retrouve une bonne proportion de milléniaux, représentent 44 % des utilisateurs d’automobile, tandis qu’ils ne constituent que 42 % de la population.        

Ils sont d’ailleurs très peu à faire du covoiturage, les champions dans ce secteur étant incontestablement les 19 ans et moins (68 % de tous les passagers).        

– Avec Dominique Cambron-Goulet  


► L’Enquête Origine-Destination est menée tous les cinq ans pour dresser un portrait des habitudes de déplacement de la population du Grand Montréal pour planifier les grands projets de transport. Celle-ci a été complétée auprès d’environ 170 000 personnes entre le 2 octobre et le 22 décembre 2018.   

  

Plus d’une voiture par maison  

L’augmentation du parc automobile ne s’observe pas seulement en banlieue. On compte désormais 1,01 voiture par ménage sur l’île de Montréal. C’est la première fois que la barre psychologique d’un véhicule par ménage est dépassée dans la métropole. Dans l’ensemble de la région métropolitaine, chaque ménage possède en moyenne 1,35 voiture.        

Emploi en banlieue  

L’enquête indique que les gens travaillent de plus en plus dans les couronnes. Le nombre de déplacements vers un lieu de travail situé en banlieue (à l’exception des territoires de Laval et de Longueuil) a monté de 12 % entre 2013 et 2018. C’est aussi dans les couronnes que la population augmente le plus rapidement. La destination de travail la plus prisée demeure toutefois le centre-ville de Montréal, vers lequel 21 % des déplacements s’effectuent le matin.        

Les hommes aiment leur véhicule  

Les femmes sont plus enclines à prendre le transport en commun. Celles-ci composent 54 % des usagers, alors qu’elles ne représentent que 51 % de la population.        

Les hommes, de leur côté, sont plus attachés aux voitures, comptant pour 52 % des automobilistes et 49 % de la population.        

Le bus et le métro, surtout pour les jeunes  

Le transport collectif est-il l’apanage des étudiants et jeunes adultes ? Les données indiquent que les 20-44 ans constituent 52 % des usagers du transport en commun, bien qu’ils ne représentent que 35 % de la population.        

Les étudiants sont aussi surreprésentés parmi les usagers du transport en commun. Ils comptent pour 36 % des usagers, alors qu’ils ne forment que 22 % de la population.        

À l’inverse, plus la population vieillit, plus elle privilégie la voiture. Les personnes de plus de 45 ans représentent 47 % de la population, mais seulement 30 % des usagers du transport en commun.        

Seuls en auto  

L’auto solo est loin d’être chose du passé. Malgré les mesures qui permettent aux voitures avec plusieurs passagers d’avoir accès à des voies réservées, le taux d’occupation des voitures stagne à 1,2 passager, note l’étude de l’ARTM.        

D’ailleurs, la très grande majorité des passagers (68 %) sont âgés de 5 à 19 ans.        

L’automobile plus populaire en banlieue  

Variation des Déplacements en auto à la période de pointe du matin, 2018 comparée à 2013   

  • Grand Montréal : -1 %        
  • Île de Montréal : -4 %        
  • Longueuil : -1 %        
  • Laval : +1 %        
  • Couronne Nord : +1 %        
  • Couronne Sud : +1 %                

Le transport collectif gagne moins de terrain  

Nombre de déplacements en transport collectif à la période de pointe du matin dans la région de Montréal   

  • 1998: 340 000         
  • 2003: 369 000 +9%        
  • 2008: 431 000 +17%        
  • 2013: 474 000 +10%        
  • 2018: 493 000 +4%                

De plus en plus de voitures  

Nombre d’automobiles par ménage dans la région de Montréal   

  • 1998: 1,18        
  • 2003: 1,21        
  • 2008: 1,26        
  • 2013: 1,33        
  • 2018: 1,35        

À lire aussi

Et encore plus