Sue Montgomery évoque une commande politique | 24 heures
/mtl-news/news

Sue Montgomery évoque une commande politique

s

Sue Montgomery évoque une commande politique du cabinet de Valérie Plante pour congédier sa chef de cabinet, soupçonnée de harcèlement.  

• À lire aussi: Plante montre la porte à Sue Montgomery 

• À lire aussi: Harcèlement au cabinet de la mairesse Sue Montgomery  

• À lire aussi: Le bureau de Sue Montgomery fait l'objet d'une enquête 

Comme le révélaient notre Bureau d’enquête et TVA Nouvelles, jeudi dernier, Annalisa Harris, la directrice de cabinet de la mairesse d’arrondissement, a été visée dans un rapport du contrôleur général. Celle-ci aurait fait du «harcèlement psychologique» envers deux employés.  

Puisqu’elle a refusé de démettre de ses fonctions Mme Harris, Sue Montgomery a été exclue du caucus de Projet Montréal, le parti de la mairesse de Montréal, Valérie Plante.  

Sue Montgomery est aussi écorchée par ce rapport, dans lequel le contrôleur conclut qu’elle a fait de l’aveuglement volontaire sur cette situation de harcèlement. 

En entrevue avec le Journal de Montréal lundi, Mme Montgomery nie toujours que sa chef de cabinet ait fait du harcèlement.  

«Demander à quelqu’un de faire son travail, ce n’est pas du harcèlement», a-t-elle dit, attaquant la crédibilité de l’enquête du contrôleur général, Alain Bond.  

Commande du cabinet 

Elle évoque plutôt que la direction générale de la Ville de Montréal «avait une entente» pour le départ du directeur de son arrondissement, Stéphane Plante [aucun lien de parenté avec la mairesse de Montréal], en échange du congédiement d’Annalisa Harris.  

«Le 10 janvier, j’ai été convoqué à une réunion. Le directeur général de la Ville m’a dit que l’enquête avait démontré que deux personnes devaient quitter l’arrondissement: Stéphane Plante et Annalisa Harris.» 

À ses yeux, il s’agit là d’une commande du cabinet de la mairesse Valérie Plante pour lui permettre de renvoyer le directeur d’arrondissement.  

«Le contrôleur général ne me demandait pas de congédier Mme Harris, ça vient de [Valérie] Plante», avance-t-elle.  

La mairesse nie 

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, assure qu’elle n’a pas exigé le congédiement de Mme Harris.  

«Il était clairement écrit que la personne visée ne devait plus être en contact avec des fonctionnaires. Mon cabinet a proposé à Mme Montgomery de relocaliser cette personne pour quelques mois à la permanence du parti, a relaté Mme Plante. Elle a demandé d’être dans mon cabinet, ce que j’ai catégoriquement refusé.» 

Questionnée à savoir pourquoi elle a offert un emploi dans son parti à une personne accusée de harcèlement, Valérie Plante a indiqué que c’était «différent». 

«La personne était en position d’autorité auprès des fonctionnaires. Au parti, c’était du travail de bureau sans contact avec des fonctionnaires. Ça aurait été un contrat à court terme pour nous permettre d’aller de l’avant. Nous cherchions une solution, contrairement à Mme Montgomery», a-t-elle justifié.  

La mairesse condamne d’ailleurs l’attitude de l’ex-membre de son parti d’avoir divulgué des éléments confidentiels d’un rapport interne et de ne présenter que les passages qui lui sont favorables. 

«La raison pour laquelle Mme Montgomery n’a pas pu voir le rapport est qu’elle est nommée elle-même pour avoir fait de l’aveuglement volontaire», a-t-elle expliqué.