Marguerite Bourgeoys se transporte à l’opéra | 24 Heures MTL
/activities/todo

Marguerite Bourgeoys se transporte à l’opéra

Image principale de l'article Marguerite Bourgeoys se transporte à l’opéra
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Une Marguerite Bourgeoys soprano dialoguera avec une Jeanne Mance alto et un sieur Chomedey de Maisonneuve ténor dans un opéra historique de 70 minutes, commandé par la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, pour le 400e anniversaire de sa fondatrice, le 17 avril prochain. Les organisateurs s’attendent à des salles combles. 

Dans un contexte extrêmement éprouvant, Marguerite Bourgeoys a fondé les premières écoles et la première chapelle de pierres de Ville-Marie. « C’est une figure tellement importante de l’histoire de Montréal qu’elle méritait une œuvre forte et originale, de là l’idée de l’opéra, puisque sa vie fut une épopée », explique Carole Golding, la responsable de la pastorale de la chapelle. 

La forme choisie est celle de l’oratorio, soit un opéra dans sa plus simple expression : sans costumes d’époque, mise en scène, ni décors. 

Rebâtie en 1771 après l’incendie de l’édifice d’origine, construit 115 ans plus tôt, l’actuelle chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours est une des rares églises catholiques du Québec dont les messes et les activités demeurent populaires. 

La qualité de la musique, de l’acoustique et de l’orgue Casavant explique en partie la densité de l’assistance. « Notre organiste depuis 18 ans est extraordinaire et, depuis trois ans, une jeune étudiante en musique de McGill, Maria Jimenez, attire beaucoup de monde avec sa voix », explique Mme Golding. 

Biographique 

La chapelle a confié le mandat de composer l’opéra intitulé Un oratorio pour Marguerite Bourgeoys à sa chanteuse vedette qui, en plus de sa formation classique, chante le jazz et le RnB.  

« J’ai lu les deux tomes de la biographie de Marguerite Bourgeoys, écrite par Patricia Simpson, et des historiens ont vérifié mes librettos pour s’assurer de leur exactitude factuelle, explique Maria Jimenez. J’ai divisé sa vie en neuf tableaux pour chaque moment marquant de son existence. » 

L’opéra abordera notamment la conversion de la future sainte fondatrice à la suite d’une procession en France, son arrivée en Nouvelle-France dans une Ville-Marie précaire, sa première école-étable, l’accueil des Filles du Roy et ses multiples voyages de recrutement en France. 

Deux représentations 

Quatre chanteurs partageront la scène avec un narrateur, deux violonistes, un violoncelliste et un joueur de viole. L’orgue ouvrira et fermera la représentation, tandis que Mme Jimenez dirigera. 

Une messe en l’honneur de Marguerite Bourgeoys célébrée plus tôt en janvier a fait salle comble et a nécessité un système de billets pour éviter les débordements. Mme Golding s’attend à ce que les places pour l’opéra s’écoulent rapidement. La chapelle contient 360 places assises.  


Les deux représentations auront lieu le soir du 17 avril et l’après-midi du 18 avril. Les billets seront en vente à compter de samedi sur le site lepointdevente.com.

À lire aussi

Et encore plus