5 choses à savoir sur le nom des stations de métro de Montréal | 24 Heures MTL
/transports/subway

5 choses à savoir sur le nom des stations de métro de Montréal

Image principale de l'article 5 choses à savoir sur le nom des stations de métro
Joël Lemay / Agence QMI

Les utilisateurs du métro entendent chaque jour la voix enregistrée de la comédienne Michèle Deslauriers annoncer le nom des stations à venir, qui deviennent au fil du temps une litanie familière. Comme on ne porte pas toujours attention à ce qui se trouve juste devant nous, voici 5 choses que vous ne saviez peut-être pas sur le nom des stations du métro de Montréal. 

1- Une station qui rappelle les Whippet 

Quand Charles-Théodore Viau a fondé une petite boulangerie à Montréal au milieu des années 1800, il aurait été difficile de prévoir que les produits créés par son entreprise – dont l'indétrônable Whippet – auraient un jour autant de succès, et que sa carrière le mènerait au point où son nom serait donné à une station de métro. Au-delà de son talent pour concevoir des sucreries, Charles-Théodore Viau était un homme d’affaires et un promoteur d’ambition, qui a décidé de consacrer la fin de sa vie au développement d’une ville modèle, Viauville, qui est finalement devenue un quartier d’Hochelaga-Maisonneuve. 

Joel Lemay/Agence QMI

2- Pierre Beaudry n'était pas un activiste LGBTQ+ 

Les piliers arc-en-ciel qui ornent sa façade ne trompent pas: la station Beaudry est un emblème du Village gai. Le commerçant Pierre Beaudry, qui fabriquait notamment du savon et des chandelles, n’a pourtant rien à voir avec la communauté LGBTQ+ de Montréal. Il a toutefois donné à la Ville le terrain permettant d’ouvrir la rue Beaudry, qui traversait au début du 19e siècle la terre où il vivait avec sa famille. C’était bien avant que les boules multicolores fassent leur apparition dans le ciel de la ville! 

Joel Lemay/Agence QMI

3- Souvenir de Jean Drapeau 

Le métro de Montréal a été construit pendant que Jean Drapeau était maire. Si le nom de cet homme politique aux idées ambitieuses a toujours été associé au métro, il a fallu attendre en 2001, deux ans après son décès, pour qu’une station porte son nom. C’est celle qui a desservi le site de l’Expo 67, un autre projet réalisé sous sa gouverne, qui a été sélectionnée pour lui rendre hommage. La station s’appelait jusque-là Île-Sainte-Hélène. 

 

4- Politiciens et religion à l’honneur 

Dans son livre Carnets du métro de Montréal, l’auteur François Barcelo s’est penché sur l’origine du nom des 68 stations et a compilé ses résultats. Il a recensé pas moins de 16 noms d’origine chrétienne, dont Saint-Laurent, De l’Église, Pie-IX ou encore Villa-Maria. C’est toutefois la catégorie des hommes politiques qui remporte la palme, avec 21 stations. «Si vous espérez qu’on donne un jour votre nom à une station de métro, je ne saurais trop vous conseiller de vous faire élire quelque part, même au simple niveau municipal. C’est probablement plus facile, plus rapide et plus rémunérateur que d’essayer de vous faire canoniser», écrit d’ailleurs François Barcelo. Avis aux intéressés! 

 

5- Une savane près de l’autoroute? 

Près de l’intersection entre les autoroutes 15 et 40 se trouve la station De la Savane, dans un décor qui est pourtant loin de nous inspirer un safari. Ce nom vient de la rue de la Savane, qui se trouve à proximité et qui était répertoriée sous ce même nom aussi tôt qu’en 1778, probablement parce qu’elle traversait une savane. Avant de s'étonner, il faut savoir qu'en plus de décrire un terrain couvert de hautes herbes typiques des régions tropicales et subtropicales, le mot «savane» peut aussi vouloir dire «un terrain bas et humide, parfois marécageux». Voilà qui explique bien des choses!

À lire aussi

Et encore plus