Prochaine station | 24 Heures MTL
/transports/subway

Prochaine station

Image principale de l'article Prochaine station
Photo d'archives, Agence QMI

J’ai pris très souvent le métro dans ma vie mais comme je suis désormais un banlieusard, je m’y retrouve beaucoup moins souvent, et je dois vous avouer que ça me manque.  

Évidemment, il y a plein de choses dont je ne m’ennuie pas. Les foules nombreuses qui s’entassent dans les wagons comme du riz dans un sushi, l’humidité, les métros en retard et les gangs d’universitaires complètement ivres qui cherchent à relever un défi pour leur initiation...  

Mais j’aime le tableau de la vie qui se dresse devant moi quand je prends le métro. Une des choses que je préfère faire, c’est mettre mes écouteurs et ajuster mes choix musicaux en fonction de ce qui se passe devant moi. Une petite trame sonore faite maison.   

Une vieille dame qui marche seule avec son carrosse me donne des envies de Cat Stevens alors qu’un jeune couple d’adolescents qui ne peuvent se lâcher du regard me fera pencher pour du Coldplay. Un peu de Rage Against the Machine pour cet étudiant à la démarche décidée qui porte le carré rouge et pour finir pourquoi pas un peu de System of a Down pour moi qui m’imagine chanter Toxicity devant une salle pleine... (c’est bien que ça reste dans ma tête parce que personne ne veut vraiment entendre ça).  

J’aime le métro car c’est un endroit où je suis parfaitement seul tout en étant entouré de plein de monde. Je fais partie de la société, je fais partie de la masse tout en étant seul dans ma tête.   

Chaque station est une réflexion de plus, une liste de choses à faire de plus, un constat de plus, une blague de plus, une question de plus, un doute de plus.  

C’est une chose que je ne peux pas complètement faire dans ma voiture. Même dans le trafic je dois rester concentré, la vie et la sécurité de plusieurs personnes dépendent de moi.   

Dans le métro je peux me concentrer sur quelque chose que j’oublie souvent, mon nombril. Je peux faire le compte, remettre les choses en place, divaguer. Ce sont quelques minutes qui m’appartiennent avant que je me lance tête première dans le tourbillon de la vie. Le métro est un endroit paradoxal. On le prend à la fois pour aller plus vite, mais aussi pour avoir quelques minutes pour ralentir. Boire un café, lire un article, écouter de la musique, regarder quelqu’un et se demander à quoi ressemble sa vie.   

Apprécier un petit moment de paix, une station à la fois.  

À lire aussi

Et encore plus