Cinq choses que vous ne saviez pas sur le métro de Montréal | 24 Heures MTL
/transports/subway

Cinq choses que vous ne saviez pas sur le métro de Montréal

Image principale de l'article Cinq choses à savoir sur le métro de Montréal
MARIO BEAUREGARD/AGENCEQMI

MONTRÉAL | Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis l’inauguration du métro de Montréal en 1966. Aujourd’hui, le réseau cumule 68 stations et autant de kilomètres, dans lesquels des pages d’histoire de la métropole se sont écrites. 

«Le 24 Heures» vous propose un petit retour dans le temps pour en apprendre davantage sur ce mode de transport que vous êtes nombreux à utiliser chaque jour. 

1. La première pelletée de terre était à Jarry

Les travaux de construction du métro de Montréal ont débuté le 23 mai 1962, sur la rue Berri, à la hauteur où la station Jarry se trouve aujourd’hui. Les Montréalais avaient hâte de pouvoir monter à bord d’un train souterrain. Après tout, il en était question depuis 1910! Dans son livre «Métro de Montréal en photos et en prose», l’auteur Dominique Beaudin décrit le jour du début des travaux tant attendus avec lyrisme: « Les travaux du Métro étaient commencés et leur vacarme paraissait plus doux, ce jour-là, qu’une valse de Chopin.» On aura tout lu! 

PHOTO COURTOISIE/Archives de Montréal

2. Il y a eu deux incendies dans le métro

Le métro de Montréal est un moyen de transport sécuritaire, avec un taux d’accidents pratiquement nul. En termes de sécurité, ses utilisateurs sont chanceux comparativement aux automobilistes, cyclistes et piétons. Cependant, deux incendies majeurs se sont déclarés dans le métro durant son histoire. Le premier a eu lieu en 1971, alors que deux rames de métro sont entrées en collision dans l’arrière-gare Henri-Bourassa. Le tunnel avait dû être inondé par les pompiers jusqu’à la hauteur des pneus de wagon pour arrêter le tout, et le conducteur d’une rame était décédé. Le deuxième s’était heureusement soldé sans blessé grave : en janvier 1974, un train a pris feu entre les stations Rosemont et Laurier. Une centaine de personnes ont dû être évacuées, neuf wagons ont brûlé et le service a été interrompu sur la ligne orange pendant plusieurs jours. 

PHOTO COURTOISIE

3. Cette arche est un don du métro de Paris

Cette arche au-dessus d’une des entrées qui permettent d’accéder à la station de métro Square-Victoria–OACI est un cadeau de l’organisme qui s’occupe du réseau de métro parisien. Il s’agit d’un «édicule Guimard», comme on peut en apercevoir plusieurs dans la capitale française; celui qui est installé à Montréal a d’ailleurs déjà fait partie de la station Étoile, à Paris. En échange, la Régie autonome des transports parisiens a reçu l’œuvre «La Voix lactée», de l’artiste québécoise Geneviève Cadieux, qui orne la station Saint-Lazare. 

GUILLAUME CYR / 24 HEURES / AGENCE QMI

4. La station la plus profonde est...

Le métro de Montréal est entièrement souterrain, ce qui n’empêche pas une grande variation de profondeur sur le réseau. C’est la station Charlevoix, près du quartier Pointe-Saint-Charles, qui est la plus profonde d’entre toutes, alors que son quai en direction Honoré-Beaugrand est situé à 29,6 mètres de profondeur – il se trouve d’ailleurs sous le niveau de la mer. Les stations les moins profondes sont Angrignon et Longueuil—Université-de-Sherbrooke, à seulement 4,3 mètres de profondeur. 

5. La ligne 3 n'existe pas

Les lignes du métro de Montréal sont communément appelées par des noms de couleurs, mais elles portent aussi chacune un numéro. La ligne verte et la ligne orange sont respectivement numérotées 1 et 2, alors que la ligne jaune et la ligne bleue portent les numéros 4 et 5. Qu’en est-il de la 3? Elle était initialement prévue sous le mont Royal, mais les plans ont changé en 1963 alors qu’on a décidé de faire une ligne vers la Rive-Sud, pour desservir en même temps le site de l’Expo 67. Les rails de la «ligne 3» sont donc empruntés uniquement par les trains de banlieue qui traversent le tunnel du mont Royal, et qui seront bientôt remplacés par le Réseau express métropolitain (REM).

À lire aussi

Et encore plus