Mesures d'atténuation liées au REM: Gaétan Barrette réclame plus d'information | 24 heures
/transports

Mesures d'atténuation liées au REM: Gaétan Barrette réclame plus d'information

Plus d'informations devraient circuler à propos des mesures d’atténuation qui seront mises en place pour compenser la fermeture du tunnel du mont Royal, estime le porte-parole de l’opposition en matière de Transports, Gaétan Barrette.  

«Que l'on ne me réponde pas que l'on va m'envoyer X autobus par heure, je veux savoir c'est quoi que vous proposez (comme mesures), est-ce que ça a été testé et est-ce que ça va être en place 12 mois par année. On n'a pas de réponses», a dénoncé l'élu libéral vendredi dernier lors d'un entretien avec le «24 Heures».  

Dans moins de trois semaines, les trains des lignes Deux-Montagnes et Mascouche ne pourront plus circuler dans le tunnel, et les quelque 18 000 utilisateurs devront se tourner vers des autobus s’ils veulent continuer à prendre le transport en commun.  

Cette semaine  

Mobilité Montréal a confirmé au «24 Heures» que tous les parcours ont fait l’objet de tests sur le terrain à différents moments de la journée et aux heures de pointe au cours des derniers mois. «Les horaires de tous les services seront en ligne d’ici la fin de la semaine pour l’ensemble des transporteurs», a mentionné la porte-parole de Mobilité Montréal, Sarah Bensadoun.  

Pas de «page blanche»  

La ministre déléguée aux Transports et responsable de la métropole, Chantal Rouleau, répète régulièrement s'être retrouvée face à une «page blanche» dans le dossier des mesures d'atténuation lors de son arrivée en poste en octobre 2018.  

 

Simon Clark/Agence QMI

 

«La page ne peut pas avoir été blanche à ce moment-là, car les discussions avec la Ville, le ministère des Transports et la Caisse de dépôt et placement du Québec avaient déjà commencé sous nous (les libéraux)», a répliqué M. Barrette.  

Le député de La Pinière a toutefois concédé que les mesures d'atténuation n’étaient pas planifiées au 1er octobre 2018, lorsque le gouvernement caquiste de François Legault a pris le pouvoir. «On ne peut pas demander à un gouvernement en 2018 d'avoir déjà prévu, dessiné et contracté toutes les compagnies qui vont faire ces mesures», a dit M. Barrette.  

La fermeture, liée aux travaux d’installation du Réseau express métropolitain (REM), est prévue pour le 30 mars.  

Sceptique  

Par ailleurs, Gaétan Barrette a déploré l’absence de coûts et d’échéanciers précis lors des annonces du ministre des Transports François Bonnardel, donnant comme exemple le fameux troisième lien entre Québec et Lévis.  

De nombreux grands projets annoncés en transport ne se feront pas, estime M. Barrette, qui croit notamment que les études commandées en mai par le ministère des Transports en lien avec le prolongement du REM vers Laval et sur la Rive-Sud seront tablettées.  

L'ARTM nécessaire  

Le député s'est aussi porté à la défense de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), cible de plusieurs reproches ces derniers temps. Sa création était «la chose à faire», puisqu’elle répond au besoin fondamental de coordonner le transport en commun dans le Grand Montréal, juge M. Barrette.  

«Il ne faut pas céder au discours qui dit que l'ARTM est une espèce de pieuvre bureaucratique qui envahit tout le monde [...]. Au bout de la ligne, les usagers vont être mieux servis», a-t-il dit.  

Rappelons que l’ARTM a été créé par le gouvernement de Philippe Couillard, au sein duquel M. Barrette était ministre.  

Un nouveau quai à la gare Bois-Franc  

MONTRÉAL | La gare Bois-Franc semble prête à accueillir les milliers d'utilisateurs qui y descendront chaque jour à partir du 30 mars pour prendre des navettes d'autobus vers la ligne orange du métro.  

Un nouveau quai a été aménagé pour permettre aux utilisateurs de monter à bord de trois autobus simultanément. Deux escaliers ont aussi été construits pour faciliter la correspondance entre le train et les autobus.  

 

GUILLAUME PELLETIER/24 HEURES/AGENCE QMI

 

Mobilité Montréal prévoit un temps de correspondance d'environ 15 minutes entre les différents modes de transport.  

Or, le quai n'est pas assez long, selon le porte-parole de l'opposition en matière de Transports à l'Assemblée nationale, Gaétan Barrette. Afin d'éviter l'attente, celui-ci croit qu'il devrait y avoir autant d'autobus qu'il y a de wagons de train.  

 

GUILLAUME PELLETIER/24 HEURES/AGENCE QMI

 

«Ça va avoir l'air comme aux douanes à Dorval: un avion qui débarque à 22 h, il y a deux agents et 300 personnes qui débarquent de l'avion», redoute-t-il. 

 

GUILLAUME PELLETIER/24 HEURES/AGENCE QMI

À lire aussi

Et encore plus