Des inspecteurs de la Ville vont encore chez les citoyens | 24 heures
/mtl-news/news

Des inspecteurs de la Ville vont encore chez les citoyens

Des inspecteurs de la Ville de Montréal déplorent qu’ils doivent continuer de faire leurs visites dans des logements insalubres, malgré l’épidémie de COVID-19.

• À lire aussi: Un mois supplémentaire pour payer le 2e versement du compte de taxes

• À lire aussi: Le Port de Montréal partiellement paralysé par le virus

Cette situation crée un malaise au sein des employés depuis quelques jours.

«Ça n’a pas de bon sens, déplore l’un d’eux sous le couvert de l’anonymat. On exige de continuer les inspections, une dizaine par jour, et on me fournit trois paires de gants.»

Il rappelle que pour faire une inspection, il faut «ouvrir les portes d’armoires», «fouiller dans les coins», etc.

Inapplicable

Depuis lundi, la Ville de Montréal demande à ses inspecteurs de rester à une distance d’un ou deux mètres des résidents et de leur demander s’ils ont des symptômes de la COVID-19, avant d’entrer dans le logement.

«Ce n’est pas applicable, estime l’inspecteur. On travaille avec des gens vulnérables qui sont souvent plusieurs dans un petit logement. Il y a beaucoup de nouveaux arrivants, qui ne parlent ni français, ni anglais et qui ont parfois peur qu’on soit des agents de l’immigration. Ils ne vont pas nous dire s’ils ont des symptômes.»

«Une très grande proportion des gens qui vivent dans les bâtiments qu'on inspecte ont déjà des problèmes de santé graves et sont aussi âgés», ajoute un de ses collègues

Il s’inquiète de transmettre le virus à d’autres personnes, en visitant plusieurs logements dans la même journée.

À la maison

Jeudi après-midi, la mairesse Valérie Plante a indiqué que le télétravail était exigé pour tous les employés des services non-essentiels.

«Si ce n’est pas possible [de faire du télétravail], on va leur demander de prêter main-forte à d’autres corps de travail ou les encourager à faire du bénévolat», a précisé Mme Plante.

Mais les inspections en salubrité ont été jugées comme un service essentiel, a confirmé en fin de journée la relationniste à la Ville, Linda Boutin.

Parmi les autres services essentiels, on retrouve notamment le service de police, les pompiers, la collecte des déchets, le 311, les finances, et les interventions d’urgence sur la voirie.

Les inspections de bâtiments reliés à des permis ou des subventions ont pour leur part été suspendues à partir de vendredi.

«Moins pire qu’un rhume»

La plupart des employés du service de l’habitation ont du se présenter au bureau «comme d’habitude» depuis le début de la semaine. Certains croient que leurs supérieurs minimisent la dangerosité du coronavirus.

Une gestionnaire aurait affirmé à ses employés qu’ils avaient «plus de chance de tomber dans le bain» que d’attraper la COVID-19 et que la maladie est «moins pire qu’un rhume».

Plusieurs employés nous ont rapporté ces propos qu’ils jugent «irresponsables».

Un autre supérieur est revenu de croisière il y a douze jours et s’est présenté au bureau une bonne partie de la semaine dernière, avant de se mettre en quarantaine. Ceci a aussi causé de l’inquiétude
«Il toussait pendant qu’il était là. On a peut-être été exposés et on est plusieurs dizaines au bureau», souligne une employée.