Transports en commun: Difficile de garder deux mètres de distance | 24 Heures MTL
/transports

Transports en commun: Difficile de garder deux mètres de distance

Image principale de l'article Difficile de garder deux mètres de distance
GUILLAUME PELLETIER/24 HEURES/AGENCE QMI

Le nombre d'utilisateurs dans les autobus et les métros montréalais fait en sorte qu'il est parfois impossible de respecter la distance de deux mètres entre chaque personne comme le demande la santé publique.  

• À lire aussi: Quelles entreprises peuvent toujours être ouvertes?  

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie  

Malgré cela, la Société de transport de Montréal (STM) ne compte pas limiter le nombre d'utilisateurs présents en même temps dans ses autobus et ses trains de métro, comme le font certains magasins.   

En début d'après-midi mardi, pendant que le gouvernement Legault annonçait que 439 personnes atteintes de la COVID-19 se trouvent à Montréal, le 24 Heures a emprunté différents circuits de métro et d'autobus pour avoir une idée de l'achalandage.   

Le taux de fréquentation des autobus a baissé de 60% à cause du coronavirus, ce qui explique que certaines lignes étaient pratiquement désertes. Mais il y a des exceptions: une vingtaine de personnes prenaient par exemple place à bord de la ligne 141 Jean-Talon Est, ce qui obligeait certains d'entre eux à s'asseoir à moins d'un mètre de distance l'un de l'autre.   

«La distance [de deux mètres] n'est pas respectée, c'est très dangereux», déplorait d'ailleurs une passagère, qui utilise le transport en commun pour aller faire l'épicerie.   

Vers midi, à la station Berri-UQAM, une douzaine de personnes étaient montées à bord d'un wagon de métro sur la ligne verte. Un chiffre banal en temps normal, mais dans les circonstances actuelles, il est alors difficile de rester à deux mètres des autres usagers.   

Pas de limite   

Selon des photos qui circulent sur les réseaux sociaux, la situation peut être bien pire aux heures de pointe, alors que des gens s'entassent debout les uns sur les autres. La STM se dit consciente que des exceptions surviennent et affirme faire «une surveillance étroite du nombre de personnes à bord», mais ne compte pas limiter davantage qu'en ce moment l'accès à ses véhicules.   

De son côté, le ministère de la Santé et des Services sociaux indique simplement en appeler au bon jugement des individus, employeurs et organismes afin de faire respecter la règle de distanciation sociale de deux mètres.   

Précautions   

Rappelons que la STM a mis en place plusieurs mesures dans les derniers jours afin de protéger sa clientèle et ses employés contre la propagation de la COVID-19. Depuis le 17 mars, l'embarquement à bord des bus se fait uniquement par la porte arrière.   

Le transporteur a également revu ses procédures de nettoyage. Les surfaces les plus utilisées dans les stations de métro, comme les ascenseurs et distributrices de titres, sont lavées tous les jours. Il en est de même pour les poteaux, les sangles et les poignées dans ces bus.

À lire aussi

Et encore plus