Chère vedette québécoise : non, les Montréalais ne s’entassent pas dans les parcs | 24 Heures MTL
/activities/todo

Chère vedette québécoise : non, les Montréalais ne s’entassent pas dans les parcs

Image principale de l'article Les Montréalais ne s’entassent pas dans les parcs
Photo Agence QMI, Joël Lemay

J’espère que le jet set québécois se corrigera rapidement de sa nouvelle manie, dès qu’il fait beau dehors, de gazouiller à ses hordes d’abonnés des complaintes du genre : « Oh mon Dieu ! Les Montréalais sortent et vont dans les parcs pour se grimper les uns sur les autres comme s’il n’y avait pas d’épidémie ! » 

« Le parc Lafontaine est plein à craquer, les gens sont collés, pis moi comme une conne je reste chez moi en espérant que ça dure pas longtemps ! » s’exaspérait Anaïs Favron sur son compte Twitter, il y a un mois, au sujet d’un attroupement que beaucoup de commentateurs et de journalistes se sont immédiatement mis à chercher (sans le trouver). 

Samedi dernier, l’humoriste Alex Perron, le chroniqueur MC Gilles, l’animatrice Pénélope McQuade et les chanteuses Laurence Nerbonne et Béatrice Martin (Cœur de Pirate), notamment, déploraient sur les réseaux sociaux la désobéissance sanitaire des Montréalais. Or, le porte-parole du SPVM a souligné dans nos pages hier le haut niveau de coopération et de respect des consignes de la majorité des personnes venues profiter du soleil pendant la fin de semaine. 

Illusion d’optique

Que nos vedettes se rassurent : les Montréalais ne s’entassent pas au mépris du confinement. L’existence d’une troisième dimension, la profondeur, permet heureusement à des humains de sembler dangereusement proches quand on les observe de loin, alors qu’en réalité chacun se tient à distance des autres. Souvenez-vous de la photo de Melania Trump yeux fermés et bouche en cœur (apparemment amoureuse) devant Justin Trudeau au G7 l’été dernier — illusion d’optique. 

Avancez-vous dans un parc fréquenté par beau temps. Vous constaterez que la règle du deux mètres est très généralement respectée (et que des policiers patrouillent à l’affut de contrevenants). Attention, toutefois : vu de la rue, vous semblerez en situation de délinquance ; si une vedette vous aperçoit, vous nourrirez peut-être son indignation. 

Nombreux, mais distants

Samedi dernier également, une grande manifestation nouveau genre se déroulait loin d’ici : « Environ 1 500 personnes se sont rassemblées sur la place Rabin, dans le centre de Tel-Aviv, en respectant les règles de distanciation sociale » m’apprenait le Times of Israel. Une photo aérienne montrait des centaines de protestataires rigoureusement éloignés les uns des autres. Même ça, c’est possible... si bien sûr on tient compte de l’existence d’une troisième dimension. 

Prière d’envoyer ce billet à la prochaine personnalité qui poursuivra l’agaçante manie de déplorer des attroupements imaginaires dans les parcs de Montréal.

À lire aussi

Et encore plus