Le vent peut augmenter la transmission du virus dans le métro | 24 heures
/transports

Le vent peut augmenter la transmission du virus dans le métro

Image principale de l'article Le vent peut augmenter la transmission du virus
Joël Lemay / Agence QMI

Les bourrasques de vent dans le métro pourraient projeter à plus de deux mètres les gouttelettes émises par les personnes infectées par le coronavirus, estime un expert.  

• À lire aussi: Montréal reste fermée pour un bout 

• À lire aussi: Les Montréalais ont intérêt à porter le masque 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie  

«Mon opinion professionnelle à ce sujet est qu'il est théoriquement possible que cela ait un effet à courte distance: le courant d'air pourrait porter les gouttelettes de quelqu'un d'infecté à une distance plus grande que deux mètres [dans le métro]», écrit le Dr Geoffroy Denis dans un rapport de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) daté du 27 avril.   

Celui qui est le chef médical du programme des services de santé au travail de la Direction régionale de santé publique ajoute qu'il est toutefois peu probable que ces particules voyagent d'une station de métro à l'autre.   

• À lire aussi: Pas assez de masques pour les rendre obligatoires 

Malgré les recommandations de la Santé publique, moins de la moitié des utilisateurs du transport en commun montréalais portaient un masque mercredi, a observé le 24 Heures. Pourtant, même en conservant une distance de deux mètres entre chaque personne, les risques d'être contaminé par des gouttelettes d'une personne infectée sont présents, confirme le rapport de la CNESST.   

Le rapport soulève également une hausse possible des risques de transmission du virus en fonction d'une augmentation de l'achalandage dans le métro.   

La Société de transport de Montréal (STM) mentionne que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) rapporte que le virus de la COVID-19 ne voyage pas dans l'air. «Les experts de la santé publique considèrent qu’une ventilation adéquate de nos véhicules et installations contribue à réduire les risques de propagation du virus [...]», souligne un porte-parole de la STM, Philippe Déry. Ce dernier ajoute que l’air respiré dans les stations et les trains est similaire à celui à l'extérieur.    

Le SPVM dans les règles   

Le rapport avait été initialement réclamé par le syndicat des policiers montréalais, après qu'un agent qui patrouille dans le métro ait contracté le coronavirus et se soit retrouvé aux soins intensifs.   

Le rapport conclut que toutes les mesures raisonnables avaient été mises en place par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et que la sécurité des patrouilleurs dans le métro était assurée.   

Il est peu probable que le policier ait contracté la COVID-19 durant son quart de travail, selon le rapport. Les premiers symptômes du policier seraient apparus durant son premier quart de travail, alors qu'il n'était pas sur le terrain la semaine précédente, souligne la CNESST dans son rapport.   

À ce jour, très peu de cas répertoriés développent des symptômes en dedans de 24 à 48 heures suivant l'exposition au virus.   

Dès le 20 avril, le SPVM a mis en place toutes les recommandations de la Santé publique en lien avec la COVID-19.   

  

  • À VOIR AUSSI:   
s

  

Premiers cas chez les inspecteurs de la STM 2 

Deux inspecteurs de la Société STM ont été déclarés positifs à la COVID-19 dans les derniers jours, confirme le syndicat des constables et agents de la paix de la STM.   

Il s'agit des deux premiers cas confirmés parmi les 170 inspecteurs du métro de Montréal.   

«C'est certain que ça nous inquiète, c'est un virus vicieux et personne n'est à l'abri. La seule chose que l'on contrôle, c'est notre comportement face au virus et malgré tout, certains le contractent», mentionne le président du syndicat, Kevin Grenier.   

Rappelons que certains groupes d’employés de la STM portent des équipements de protection lorsque la situation l’exige. C’est le cas des inspecteurs, des chefs d’intervention, des préposés à l’entretien sanitaire et des chauffeurs du Transport adapté qui portent des masques de procédures, des gants et des lunettes de protection.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com

À lire aussi

Et encore plus