Le DG de L’Île-Bizard pourrait être congédié | 24 Heures MTL
/homepage

Le DG de L’Île-Bizard pourrait être congédié

Image principale de l'article Le DG de L’Île-Bizard pourrait être congédié
Photo AGENCE QMI, AMÉLIE ST-YVES

Une bisbille entre élus de L’Île-Bizard-Sainte-Geneviève pourrait coûter son poste au directeur de l’arrondissement, a appris notre Bureau d’enquête.

Depuis quelques semaines, le maire de l’arrondissement, Normand Marinacci, est à couteaux tirés avec les conseillers y compris les trois de son propre parti : Projet Montréal.

Selon la conseillère Suzanne Marceau, du parti Ensemble Montréal, c’est «la zizanie».

Entreposage

La chicane remonte essentiellement à la fin avril. Le maire Marinacci a voulu laisser le droit à un golf d’entreposer plus de 250 camions de la compagnie Discount sur son stationnement, ce qui contreviendrait aux règlements municipaux.

Des échanges musclés ont eu lieu au conseil d’arrondissement le 24 avril dernier. «Ça veut dire que vous allez faire des exceptions. On apprend des informations par la porte d’en arrière», déplorait le conseiller Robert Samoszewski.

Les quatre conseillers ont voté une résolution pour que le règlement soit appliqué à la lettre.

«Les services municipaux ont plutôt rencontré les propriétaires du golf et ont convenu de laisser les camions jusqu’au 20 mai, selon ce que rapporte Mme Marceau. Le maire est allé au-delà de la résolution et le directeur d’arrondissement a acquiescé.»

C’est notamment ce qui aurait choqué les trois conseillers de Projet Montréal, Yves Sarault, Christian Larocque et Robert Samoszewski.

Vote vendredi

Ils ont convoqué vendredi matin un conseil d’arrondissement spécial pour démettre le directeur d’arrondissement de ses fonctions.

«Je ne voterai pas avec eux, a indiqué Mme Marceau au Journal. Je ne peux rien lui reprocher d’autre au directeur d’arrondissement.»

M. Sarault n’a pas voulu commenter le dossier jeudi disant simplement qu’il y aurait une «résolution soumise au vote» et qu’on ne «peut pas présumer qu’elle va être acceptée».

Toutefois, les trois conseillers ayant convoqué la rencontre représentent la majorité au conseil et n’auraient donc pas de difficulté à obtenir le congédiement du fonctionnaire.

«Ça ouvre la porte à des poursuites», déplore Mme Marceau.

Elle rappelle que l’arrondissement est sorti tout récemment d’une longue saga judiciaire avec une autre directrice d’arrondissement. «Ça avait coûté près de 500 000$ et en ce moment on doit déjà couper dans le budget», dit-elle.

Le maire Marinacci n’a pas voulu commenter la situation jeudi.

À lire aussi

Et encore plus