La réouverture des parcs à chiens fait des heureux | 24 heures
/mtl-news/news

La réouverture des parcs à chiens fait des heureux

s

MONTRÉAL | Les chiens ne sont pas les seuls à s’être réjouis de la réouverture des parcs canins en fin de semaine; plusieurs maîtres étaient heureux de pouvoir enfin laisser leur chien courir. 

Après deux mois sans pouvoir lâcher son fou, la chienne Floki était folle de joie de courir dimanche au parc canin Sault-au-Récollet, dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville. 

«C’est la première fois qu’elle est sans laisse, elle est vraiment excitée», lance sa jeune maîtresse Ysis St-Jean-Lanouette. 

CAMILLE LALANCETTE/24 HEURES/AGENCE QMI

La jeune fille de 11 ans s’amuse à apprendre des tours à Floki. 

«On aime venir ici parce que le parc est beau et qu’il y a les modules», raconte celle qui venait au parc tous les jours avant la crise. 

Rappelons que la Ville de Montréal a autorisé la réouverture des parcs canins vendredi dernier, après près de deux mois de fermeture en raison de la COVID-19. 

La famille Frigon, originaire de Montréal-Nord, était elle aussi venue en profiter dimanche. 

«On aime venir ici parce que le parc est bien entretenu, il y a des arbres et des tables, c’est super», lance Marie-Ève Lauzon. 

Elle et sa famille en sont à leur deuxième sortie au parc et ils ont profité de l’occasion pour se faire un pique-nique, le temps que leur chienne Stella se dégourdisse les pattes. 

CAMILLE LALANCETTE/24 HEURES/AGENCE QMI

Le gardien de Marcel, Jean-Luc Pagé, a découvert le parc en rendant visite à sa mère qui habitait dans une résidence pour personnes âgées. 

CAMILLE LALANCETTE/24 HEURES/AGENCE QMI

«C’était mon rituel, je venais voir ma mère avec Marcel, elle l’aimait beaucoup et il était très attaché à elle. Elle est décédée de la COVID il y a sept semaines, elle avait 98 ans», confie M. Pagé. 

Mesures d’hygiène

Au parc canin Sault-au-Récollet, du désinfectant est fourni à l’entrée et les consignes de distanciation sociale sont clairement indiquées. 

CAMILLE LALANCETTE/24 HEURES/AGENCE QMI

«Je ne suis pas inquiète pour le contact entre les chiens, mais si moi, je touche un chien, je me désinfecte les mains. J’ai toujours ma bouteille de désinfectant dans mon sac», souligne Mme Lauzon. 

«L’achalandage est constant sans être trop important, les gens reviennent un peu plus tard s’il y a trop de chiens, c’est rassurant de voir ça», remarque le président du conseil d’administration de l’Association du parc canin Sault-au-Récollet, Daniel St-Onge. 

CAMILLE LALANCETTE/24 HEURES/AGENCE QMI

M. St-Onge aimerait par ailleurs que la Ville délègue plus de pouvoir aux associations comme la sienne afin qu’elles puissent aider à faire respecter les règlements généraux liés aux parcs, dont les nouvelles règles d’hygiènes liées à la COVID-19.

À lire aussi

Et encore plus