Campus MIL: le prix des logements continue de bondir dans Parc-Ex | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Campus MIL: le prix des logements continue de bondir dans Parc-Ex

Image principale de l'article Le prix des logements continue de bondir
GUILLAUME CYR/24 HEURES/AGENCE QMI

MONTRÉAL | La situation du logement ne s’améliore pas dans Parc-Extension à l’approche du 1er juillet: les prix augmentent et des avis d’éviction sont émis, rapporte un groupe de défense des locataires. 

• À lire aussi: La gentrification s’amène à Parc-Ex

Le 24 Heures écrivait en novembre dernier que l’installation du nouveau Campus MIL de l’Université de Montréal à la frontière entre Outremont et Parc-Extension faisait augmenter la demande dans ce quartier, normalement connu pour ses loyers abordables.

Afin d’illustrer le phénomène de l’embourgeoisement, le Comité d'action de Parc-Extension a analysé 78 annonces sur des sites comme Kijiji ou Centris entre février et mai.

Les données recueillies révèlent que le loyer moyen pour un appartement de deux chambres dans le quartier Parc-Extension est de 1488 $ par mois, soit plus du double du montant de 655 $ affiché en octobre 2019 par la Société canadienne d’hypothèque et de logements (SCHL) pour le même secteur.

Les annonces étaient d’ailleurs accompagnées de plusieurs remarques sur la proximité entre les appartements et le Campus MIL. L’analyse des données révèle que les appartements dont la description comprenait le terme «université» étaient affichés pour 100 $ plus cher, en moyenne.

Évictions

Le Comité d’action de Parc-Extension, un groupe de défense des locataires, a par ailleurs reçu plus de 123 signalements d’avis d’éviction entre les mois de mai 2018 et février 2020.

Entre ces mêmes dates, la Régie du logement a étudié 48 dossiers pouvant mener à une éviction, dont 12 plaintes se sont conclues par une éviction, tandis que 22 dossiers sont toujours ouverts, encore selon l’étude. Dix dossiers se sont conclus par le maintien du locataire dans les lieux.

Logements étudiants

Des chercheurs universitaires qui ont publié le rapport «MIL façons de se faire évincer», membres du Projet de cartographie anti-éviction de Parc-Extension, affirment que des résidences étudiantes devraient être installées autour du nouveau campus qui a été inauguré en septembre 2019. Le projet était d’ailleurs prévu au départ, avant que l’UdeM fasse marche arrière.

«L’UdeM n’a pas encore eu accès au rapport. Le logement étudiant ne faisait pas partie des plans, et de leur perspective, ils en avaient fait bien assez pour agir comme des acteurs communautaires», a expliqué au «24 Heures» Emanuel Guay, un des cosignataires de l’étude et doctorant en sociologie à l’UQAM.

De son côté, la porte-parole de l’UdeM, Geneviève O’Meara, explique que les logements n’étaient finalement pas une option viable, après une étude approfondie à l’interne.

«Il a alors été décidé de vendre un des terrains à la Ville pour en faire des logements sociaux», a-t-elle écrit.

À lire aussi

Et encore plus