La fin pour Pente à neige | 24 Heures MTL
/activities/todo

La fin pour Pente à neige

Image principale de l'article La fin pour Pente à neige
PHOTO COURTOISIE/PENTE À NEIGE

Pente à neige, la petite station de ski du parc Ignace-Bourget, ne figure pas dans les plans de l’arrondissement du Sud-Ouest pour l’hiver prochain, à la grande surprise de l’organisme. 

Le fondateur, Estéban Dravet, est «tombé de 50 étages» en apprenant, il y a quelques jours, que l’entente avec l’arrondissement ne serait pas renouvelée. «La Ville va mener une consultation publique et Pente à neige n’est pas incluse dans les options que les citoyens peuvent choisir», a-t-il raconté.

M. Dravet dit ne pas avoir été invité à échanger sur le bilan de l’organisation ou sur une nouvelle offre de service. «Il n’y avait aucune discussion, malgré les bons chiffres et les résultats positifs», a-t-il déploré.

PHOTO COURTOISIE/PENTE À NEIGE

Plaintes

L’arrondissement a confirmé, par communiqué, qu’une nouvelle offre hivernale serait proposée pour la prochaine saison. L’ancienne formule aurait «soulevé divers enjeux notamment au plan de la sécurité, de l'acceptabilité sociale et des impacts sur le stationnement dans les rues avoisinantes», peut-on lire dans le communiqué.

«C’est certain que 30 à 40 plaintes versus les 100 000 personnes qu’on a accueillies, je pense qu’on aurait pu mettre en place des solutions avec l’arrondissement», a soutenu M. Dravet.

Les citoyens peuvent répondre à un sondage en ligne de l’arrondissement pour choisir la prochaine activité. Comme le projet pilote de trois ans est complété, le Sud-Ouest se dit «mieux outillé pour travailler à une nouvelle formule, davantage adaptée aux besoins et aux demandes de la population».

Familles pénalisées

Dans la foulée de cette décision, M. Dravet considère que ce sont surtout les familles qui fréquentaient l’endroit qui seront pénalisées. «Je pense qu’elles ont droit de dire quelque chose. Actuellement, ils ne donnent pas la voix aux citoyens.»

Une pétition pour maintenir l’offre de Pente à neige a d’ailleurs déjà accumulé plus de 800 signatures.

«On est dans un contexte où on est en train de dire qu’il faut maintenir les services locaux et être touriste de notre propre ville. On prive les gens d’un service qui était très utilisé», a déploré M. Dravet.

À lire aussi

Et encore plus