Inquiétude autour du possible changement de statut des inspecteurs de la STM | 24 Heures MTL
/transports

Inquiétude autour du possible changement de statut des inspecteurs de la STM

Image principale de l'article Inquiétude autour du possible changement de statut
Zacharie Goudreault / 24 Heures

La possible augmentation des pouvoirs des inspecteurs de la Société de transport de Montréal (STM) semble inquiéter des Montréalais: pas moins de 17 questions ont été posées à ce propos jeudi soir lors de la séance publique du conseil d’administration. 

• À lire aussi: La STM reconnaît l'existence du racisme systémique

• À lire aussi: Un autobus de la STM à l’eau pour des tests

Certains usagers craignent qu'un possible changement de statut des inspecteurs crée ou augmente des abus de pouvoir envers des personnes faisant partie de minorités visibles dans le transport public montréalais.

Rappelons que les 180 inspecteurs de la STM tentent depuis plus d’un an d’obtenir un changement de statut auprès du gouvernement du Québec afin d’être désignés comme constables spéciaux.

Ce statut leur donnerait plus de pouvoir: ils pourraient notamment procéder à l’arrestation de toute personne soupçonnée d’avoir commis une infraction pénale et la conduire à un poste de police.

Les inspecteurs seraient cependant plus imputables: ils seraient soumis à un code déontologique, et les plaintes à leur égard seraient analysées par un organisme indépendant, le Comité de déontologie policière, et non à l’interne, comme c’est le cas actuellement.

Experts

L’an dernier, la STM a demandé à un comité d’experts de documenter les relations entre les inspecteurs et la communauté.

Sur une base régulière, le comité exposera ses observations aux membres du CA du transporteur. Le document sera alors acheminé au comité de service à la clientèle de la STM et rendu public.

«On essaie de rendre ça le plus ouvert possible et prendre les commentaires de tout le monde de manière à s'assurer que l'on améliore les relations entre les inspecteurs et la communauté», a souligné jeudi le président du CA de la STM, Philippe Schnobb.

Le comité est présidé par Rémi Boivin, professeur à l'École de criminologie de l'Université de Montréal. Déjà, plusieurs rencontres ont eu lieu entre les membres du comité, auquel siègent notamment des membres de diverses communautés culturelles et du milieu de l’itinérance.

Un rapport contenant des recommandations pour améliorer le processus entourant le changement de statut des inspecteurs devrait aussi être déposé au conseil d’administration en septembre, a affirmé M. Schnobb.

À lire aussi

Et encore plus