Adolescente arrêtée: une mère interpelle le directeur du SPVM | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Adolescente arrêtée: une mère interpelle le directeur du SPVM

MONTRÉAL – La mère d’une adolescente de 15 ans qui s'est fait arrêter dans un parc de Montréal alors qu’elle ne respectait pas la distanciation sociale a fait une sortie publique mardi pour demander une rencontre avec le directeur de la police de Montréal, Sylvain Caron. 

Lisa Sim estime qu'une force excessive a été employée lors de l'arrestation de sa fille, Jia Li Ridell, dont des images ont circulé sur les réseaux sociaux. Une vidéo montre deux agents projeter la jeune femme au sol dans le parc Girouard, situé dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce. L'enregistrement ne montre pas ce qui s'est passé avant.

ELSA ISKANDER/24 HEURES/AGENCE QMI

Selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), la distanciation sociale n'était pas respectée et il y avait consommation d'alcool sur les lieux.

«On croit qu’il n’y avait aucune raison qu’ils soient si agressifs avec ma fille», soutient toutefois Mme Sim.

Celle-ci espère que sa fille ne fera pas l'objet d'accusations criminelles. Pour l'instant, une contravention pour consommation d'alcool lui a été remise.

«Chef Caron, je m’adresse à vous en tant qu’une mère dont la fille a été violemment arrêtée. En tant que père, vous pouvez comprendre ce que c'est de voir votre enfant sur une vidéo, traitée comme une criminelle, par ceux censés servir et protéger», a mentionné Mme Sim lors d'un point de presse devant un poste de quartier du SPVM.

ELSA ISKANDER/24 HEURES/AGENCE QMI

«Je vous invite à venir chez nous, rencontrer ma fille et, en tant qu’humain, à écouter notre histoire et ressentir notre douleur», a-t-elle ajouté.

Profilage?

La jeune fille n’était pas présente mardi lors du point de presse.

«Elle est très déçue et très anxieuse», depuis l’intervention policière, a relaté sa mère, ajoutant qu’elle avait perdu confiance envers les policiers.

L’adolescente d’origine philippine croit que son appartenance à une minorité visible a joué un rôle dans l’intervention.

«Je ne crois pas qu’il y avait un traitement égal pour tous», a soutenu Mme Sim, sans dire qu’il y a eu du profilage racial.

«On ne saura jamais», a-t-elle soulevé.

ELSA ISKANDER/24 HEURES/AGENCE QMI

Selon le conseiller municipal de Snowdon, Marvin Rotrand, les gens se demandent «pourquoi la police a ciblé la seule enfant de minorité visible et pourquoi ils ont utilisé ce type de force, l’ont projetée à terre, menottée et arrêtée».

L’intervention «excessive et exagérée» a choqué et fâché la communauté, a signalé Cesar Manuel, président de l’Association philippine de Montréal et ses banlieues.

Le SPVM confirme que le dossier a été soumis au Directeur des poursuites criminelles et pénales, qui décidera si des accusations seront portées contre la jeune fille.

«On tient à rassurer la population que nos interventions policières visent premièrement les infractions et non les personnes selon leur origine, leur sexe ou leur âge», a ajouté le relationniste Jean-Pierre Brabant.

Le SPVM n'a pas voulu nous dire s'il avait contacté la famille ou s'il avait l'intention de le faire.

À lire aussi

Et encore plus