Ville-Marie: deux bancs limitant le repos à 15 minutes sont retirés du square Cabot | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Ville-Marie: deux bancs limitant le repos à 15 minutes sont retirés du square Cabot

Image principale de l'article Deux bancs «hostiles» sont retirés

Deux bancs limitant le temps de repos à 15 minutes, et que certains considèrent hostiles aux itinérants, ont dû être retirés jeudi par l’arrondissement de Ville-Marie. 

«Pas de repos permis au square Cabot», a déploré Nakuset, directrice du Foyer pour femmes autochtones de Montréal, en publiant sur Twitter une photo d’un banc controversé.

Comme pour d’autres bancs dans les environs du square Cabot, des accoudoirs au centre empêchent les gens de s’allonger. De plus, le banc repeint en bleu arbore une inscription «repos 15 min» ainsi qu’un pictogramme d’une personne marchant à l’aide d’une canne.

Si le banc était déjà en place, la limite temporelle est récente. Selon la Ville de Montréal, cet ajout a été fait «en concertation avec les intervenants de milieu travaillant auprès des personnes en situation d'itinérance et des résidents».

Au contraire, Nakuset, qui connaît bien la population itinérante fréquentant le square Cabot, soutient qu’il n’y a pas eu de consultation.

Elle-même a découvert les changements lorsque Sheila Woodhouse, avec qui elle a cofondé le centre de jour Résilience Montréal, a photographié le banc bleu dans les derniers jours.

«Est-ce le début d’une nouvelle tendance? C’est ma préoccupation», commente Nakuset.

Une personne s’asseyant plus d’un quart d’heure sera-t-elle mise à l’amende? s’interroge-t-elle.

Pour elle, c’est possible d’avoir du mobilier urbain permettant aux aînés de se reposer sans pour autant être hostile aux populations marginalisées.

«Les personnes qui sont au square Cabot ont déjà très peu de services», signale Mme Nakuset, et, «avec le déconfinement, ils en ont de moins en moins».

Retrait du banc

«Il s’agit des vieux bancs mis en place par la précédente administration que j’ai abondamment condamnés. Ce banc n’a pas sa place dans les environs du square Cabot parce qu’il participe à la stigmatisation des personnes en situation d’itinérance. Il sera immédiatement retiré», a réagi la mairesse de Montréal, Valérie Plante, via Twitter.

«Comme Ville, il nous reste du chemin à faire pour développer de meilleurs réflexes sur l’installation du mobilier public pour être plus inclusif et je suis de cette bataille», a ajouté Mme Plante, qui est aussi mairesse de l’arrondissement de Ville-Marie.

Jeudi soir, le banc avait effectivement été retiré, a confirmé la Ville. C’est le cas aussi d’un autre banc semblable, mais sans accoudoirs, situé dans le parc Hector-Toe-Blake, proche du square Cabot.

Selon la Ville de Montréal, la limite temporelle «fait suite à des demandes de citoyens âgés désirant pouvoir se reposer sur leur trajet». On souligne que les bancs publics dans ce secteur sont très utilisés.

L'aménagement du banc bleu relève de l'arrondissement, selon le cabinet de Mme Plante. «Ils étaient installés et là ils sont retirés», a dit son attachée de presse Geneviève Jutras.

C’est très bien qu’ils l’ont retiré, a commenté Nakuset, ajoutant que ce serait mieux encore de le remplacer.

Ce n’est pas la première fois que des bancs anti-itinérants sont installés dans Ville-Marie. En mai 2019, TVA Nouvelles rapportait la présence de bancs avec accoudoirs au centre près de la gare d’autocars sur la rue Berri. La Ville disait que ces bancs visaient à aider les personnes âgées ou à mobilité réduite à s’asseoir et à se relever.

À lire aussi

Et encore plus