Montréal: jusqu'à cinq heures d'attente pour se faire tester | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Montréal: jusqu'à cinq heures d'attente pour se faire tester

s

MONTRÉAL | L’appel au dépistage massif a permis de repérer une trentaine de personnes infectées par la COVID-19 qui ont fréquenté des bars montréalais, mais il a aussi engorgé les cliniques sans rendez-vous, où il est fréquent de devoir attendre en ligne pendant plusieurs heures.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de coronavirus

• À lire aussi: 5 nouveaux décès et 109 cas supplémentaires au Québec

Mardi midi, le temps d’attente estimé à la clinique de dépistage de l’Hôtel-Dieu était de cinq heures. La ligne, qui commençait au coin des rues Saint-Urbain et des Pins, se poursuivait jusqu'au parc Jeanne-Mance.

À la clinique de dépistage de la Clinique Chauveau, dans l'est de l’île, plus de 190 personnes patientaient en file d'attente dans le but de se faire dépister en fin d’avant-midi, et il fallait prévoir quelques heures d’attente, selon le moment de son arrivée.

Il faut dire que la Santé publique a demandé à tous ceux qui ont fréquenté des bars montréalais depuis le 1er juillet d’aller se faire tester, et il n’y a que trois cliniques de dépistage sans rendez-vous sur l’île – la troisème se trouve à Montréal-Nord.

Agence QMI

Trente cas de personnes qui ont fréquenté neuf bars et restaurants de la région de Montréal ont été dépistés depuis samedi dernier, a expliqué mardi le Dr David Kaiser, de Santé Montréal, qui exhorte encore les gens à aller se faire tester.

De nouvelles cliniques sans rendez-vous pourraient ouvrir au cours des prochains jours. «On veut du sans rendez-vous partout sur le territoire pour ne pas que les gens se précipitent tous au même endroit. La responsabilité revient à chaque CIUSSS et nous allons passer le message», a mentionné le Dr Kaiser.

Agence QMI

Le retour des cliniques mobiles n’est pas envisagé à court terme, car les cas ne sont pas ciblés dans un quartier, a-t-il expliqué.

Depuis la reprise massive du dépistage, samedi, le taux de positivité, qui calcule le nombre de tests positifs en fonction du nombre de tests effectués, a augmenté de 1% à 3 %. 

  • Écoutez l'analyse de Vincent Dessureault à QUB radio:   

Patienter

En attendant l’ouverture de davantage de cliniques sans rendez-vous, les Montréalais doivent s’armer de patience.

«Ça fait deux heures que j'attends. Je pense que tout le monde qui est sorti en fin de semaine est ici», a mentionné mardi Sandrine, une Montréalaise qui n’a pas voulu donner son nom de famille et qui patientait dans la file d’attente de l’Hôtel-Dieu.

«On s'est dit qu'on était sorties ensemble, on allait se faire dépister ensemble», a lancé Marie-Michel, qui venait de se faire dépister en compagnie de ses amies.

Plusieurs ont toutefois rebroussé chemin. «J’aurais dû venir plus tôt, a déploré Jonathan Caron. Je vais venir demain matin à la place. J’ai vu qu’il fallait se faire tester, mais je m’attendais plus à une heure d’attente.»

Même son de cloche du côté de Marianne Hébert, qui avait apporté son livre pour passer le temps. «J’ai attendu 30 minutes, je trouvais pas que ça avançait et j’avais pas encore tourné le coin de la rue [des Pins]. Je vais revenir une autre journée cette semaine», a-t-elle mentionné.

À la Clinique Chauveau, dans l’est de la Ville, Philippe Vinette et Catherine Montpetit s’attendaient à une telle attente. «Je ne suis pas choquée d’attendre. Je veux juste en avoir le cœur net», a mentionné Mme Montpetit.

Après une heure d’attente, Omar Shamrouk avait pour sa part parcouru un peu plus du tiers de la file. «C’est ridicule», s’est impatienté celui qui a prévu voyager à Dubai, aux Émirats arabes unis, dans les prochains jours, et qui doit avoir un test négatif pour pouvoir partir.

3300 tests

En compilant dimanche et lundi, 1600 tests de dépistages ont été réalisés à l'hôpital Hôtel-Dieu au centre-ville de Montréal et 1700 tests du côté de la Clinique Chauveau dans l’est de l’île.

Les personnes contaminées ont principalement entre 20 et 29 ans et, comme plusieurs jeunes sont asymptomatiques, les personnes atteintes de la COVID-19 dans la population peuvent être plus difficiles à retracer.

À lire aussi

Et encore plus