En attendant... les festivals d’humour | 24 Heures MTL
/homepage

En attendant... les festivals d’humour

Image principale de l'article En attendant... les festivals d’humour

L’humoriste Jérémie Larouche n’a jamais été aussi occupé professionnellement que présentement. On a discuté avec lui de l’impact qu’a eu la pandémie sur ses engagements professionnels.  

Avec la pandémie qui chamboule un peu nos vies, comment vas-tu?

Ça va. C’est différent, disons. Je suis chanceux, je fais partie des artistes qui ont travaillé pendant la pandémie. En fait, je n’ai jamais eu autant de job! J’ai fait la série Cultive ton comique et à travers ça, j’avais l’écriture de la troisième saison de Pas plus bête que nous. Juste pour rire m’a demandé de filmer mon spectacle La saga des étoiles pour le présenter au FSTVL HAHAHA. Juste pour rire m’avait aussi commandé des vidéos avec mes filles, comme on avait déjà fait sur YouTube, pour pouvoir les mettre sur leurs réseaux sociaux, parce que leur audience a explosé pendant le confinement. Bref, je n’ai pas arrêté! 

C’était comment de faire tout ça en télétravail?

Je me suis rendu compte que j’avais déjà pas mal un mode de vie confiné. J’ai mon bureau chez moi et je travaille de chez moi, alors en dehors d’aller faire des shows ou d’aller dans une réunion ou un tournage, je suis toujours à la maison. D’ailleurs, plus jamais tu vas me faire déplacer pour un meeting d’une heure! Maintenant que Zoom nous a montré qu’on pouvait le faire de la maison, c’est fini, pour moi, descendre dans le Mile-End et chercher du parking pour jaser une demi-heure d’une idée! Plus sérieusement, l’adaptation, pour moi, ç’a plus été d’avoir ma famille dans mon milieu de travail. On s’adapte! J’ai trouvé ça vraiment cool de voir comment les artistes ont modifié leur job pour continuer de travailler malgré les nouvelles contraintes: que ce soit Martin Vachon qui joue à des jeux de société live ou encore Arnaud Soly et Mathieu Dufour. Même mes amies drag queen font des lives! Je trouve que c’est vraiment inspirant à voir aller. C’est un peu comme quand Nicéphore Niépce a inventé l’appareil photo, tous les peintres se sont dit: «Fuck! On peut pu faire de portrait!». Alors ils se sont mis à faire de l’impressionnisme, de l’abstrait, etc. Pour moi, c’est juste autre chose maintenant et je n’ai pas tant envie de revenir à avant. «C’était mieux avant», c’est un peu Donald Trump comme phrase, alors j’essaie de ne pas voir les choses de cette façon-là (rires). 

Comment as-tu trouvé l’expérience de participer à un festival d’humour en ligne avec le FSTVL HAHAHA?

L’avantage de mon show c’est que c’est un spectacle de marionnettes vraiment stupide où je résume Star Wars, alors techniquement, ce n’est pas comme du stand-up où tu fais une blague et tu attends le rire pour enchaîner avec la prochaine blague. D’un autre côté, ça m’a pris presque quatre heures le faire. C’est difficile être dedans quand tu n’as pas de feedback d’un public. Alors ça a quand même été difficile à faire tout seul. Je n’imagine pas ceux qui font du stand-up devant leur Zoom! 

Tu es présentement en tournage pour l’émission Pas plus bête que nous à TV5. Comment ça se passe?

On a tous des masques et des lunettes. On se tient tous à distance et on essaie d’être le moins de monde possible dans le studio. On travaille un peu plus lentement, mais on avance quand même bien. On est content que cette nouvelle façon de travailler arrive à la troisième année du show, alors qu'on est déjà rodé. 

Tu animes aussi la nouvelle série Cultive ton comique qui est sortie sur ICI TOU.TV le 17 juin. Peux-tu nous en parler un peu?

On s’est dit que pendant le confinement, les ados auraient besoin de faire quelque chose. Juste pour rire, l’École nationale de l’humour et TOU.TV ont voulu présenter quelque chose. Il y avait anciennement le concours Jeunes pour rire, alors ils ont ressuscité ça un peu. Ils se sont dit: «On va donner de la formation à distance aux jeunes et on va leur demander de nous envoyer une vidéo drôle». En dehors du concours, Cultive ton comique, c’est 11 épisodes qui t’expliquent comment écrire un numéro d’humour, du début à la fin. À mon avis, ça s’adresse vraiment à tout le monde, dans le sens où tu n’as pas besoin d’être un wannabe humoriste, tu peux vouloir juste rendre tes présentations PowerPoint plus funny à l’école ou à la job. 

J’en comprends que c’est une série qui a été conçue en confinement?

Oui. On a tourné ça avec un green screen dans mon sous-sol. C’est Pierre-Luc Gosselin qui a fait la réalisation... à distance, bien entendu! C’était assez drôle! Mon cellulaire était sur Messenger Vidéo pour qu’il voie le moniteur de la caméra et moi, j’ai dû tout installer: green screen, éclairage, caméras, etc. On a pu patenter ça, à distance, pour que ça marche.

À lire aussi

Et encore plus