La marche et le vélo en hausse à Montréal | 24 Heures MTL
/homepage

La marche et le vélo en hausse à Montréal

Image principale de l'article La marche et le vélo en hausse à Montréal
MAXIME DELAND/AGENCE QMI

MONTRÉAL – Les voies dites «actives et sécuritaires» ont vu leur achalandage de vélos bondir de 36 % cet été alors que le trafic routier a chuté de 20 % depuis le début de la pandémie, d’après des données fournies par la ville de Montréal.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

«Il y a vraiment un mouvement pour donner plus d’espace aux piétons et aux cyclistes dans le cadre de la pandémie», a affirmé Jean-François Rheault, directeur de la firme Éco-Compteur, chargée de compiler ces statistiques sur 15 compteurs.

Selon la Ville de Montréal, le trafic routier a quant à lui reculé de 20 % par rapport au début de la pandémie dans les rues de la métropole.

«Ça correspond à la période avant pandémie et le début de juillet à cause de la réduction des activés, du télétravail et du changement des habitudes de mobilité», a expliqué Éric Alan Caldwell, responsable de la mobilité et de l’urbanisme au sein du comité exécutif.

Une situation similaire à l’échelle provinciale, selon CAA Québec.

«Les tours du centre-ville sont encore inoccupées et le nombre de trajets en voiture a beaucoup diminué, donc la circulation, aussi, a soutenu son porte-parole, Pierre-Olivier Fortin. Ça encourage le sentiment de sécurité pour faire du vélo.»

Conséquence de cette inoccupation, les pistes cyclables situées au centre-ville sont parmi les moins achalandés, notamment à l’intersection University et Milton qui a enregistré une baisse d’achalandage de 57 % par rapport en 2019.

En moyenne, pas moins de 15 000 piétons ont marché chaque jour sur l’avenue du Mont-Royal entre juin et juillet. La Ville estime l’achalandage approximatif de l’Avenue Mont-Royal à 8000 piétons par jour hors pandémie.

À l’intersection entre Christophe-Colomb et Louvain, le nombre de passages de piétons et de cyclistes a quant à lui bondi de 90 % par rapport à l’an dernier, de même que sur le boulevard Gouin.

D’après M. Fortin, il est important d’améliorer les aménagements cyclables au Québec.

«C’est possible de faire des aménagements qui respectent la réalité de tout le monde», a-t-il ajouté.

Pour sa part, l’opposition officielle aurait souhaité plus d’exemples concrets sur des aménagements rapportant le plus financièrement pour les commerçants.

«C’est souvent les mêmes cyclistes qui passent, a dit Francesco Miele, leader adjoint de l’opposition officielle et porte-parole d’urbanisme pour Ensemble Montréal. On parle d’achalandage, mais on ne me donne aucun chiffre sur les ventes.»

Rappelons que les voies aménagées ont causé la grogne mercredi dernier chez certains commerçants de la rue Notre-Dame Ouest qui affirmaient ne pas avoir été consultés.

À lire aussi

Et encore plus