[CHRONIQUE] Le grand remplacement de l’automobile | 24 Heures MTL
/transports/bikepedestrian

[CHRONIQUE] Le grand remplacement de l’automobile

La compagnie néerlandaise de vélos électriques haut de gamme VanMoof vise une clientèle fortunée et se présente elle-même comme la « Tesla du vélo électrique».
Photo Courtoisie, VanMoof

La compagnie néerlandaise de vélos électriques haut de gamme VanMoof vise une clientèle fortunée et se présente elle-même comme la « Tesla du vélo électrique».

Le vélo électrique prolifère. Il y en avait quelque 200 millions sur Terre l’an dernier, estime la firme d’analyse économique Deloitte. Il y en aura plus de 330 millions d’ici trois ans. On passera le cap du demi-milliard dans les années suivantes. Et ces vélos à assistance motorisée remplaceront essentiellement... des voitures!  

Dans un sondage cité par le magazine The Economist, près d’un acheteur de vélo électrique sur trois affirme l’utiliser en remplacement de sa voiture pour aller plus vite dans ses commissions en ville, pour s’épargner le trafic ou la recherche frustrante de stationnement. 

Les données d’Uber, depuis son acquisition des vélos électriques en libre-partage JUMP en 2018, ont montré une nette augmentation de l’utilisation de ces vélos et une baisse correspondante du nombre de voyages en automobile. Beaucoup de clients d’Uber préfèrent chevaucher une JUMP rouge pour aller à destination plutôt que d’attendre un conducteur, même à prix égal. 

«Si tu le bâtis, ils viendront »

Plusieurs des nouvelles voies réservées aux vélos à Montréal semblent désertes la plupart du temps. Lorsque les allers-retours vers le bureau reprendront un rythme plus normal, beaucoup d’automobilistes en profiteront pour troquer leur voiture encombrante et sujette aux embouteillages pour le vélo électrique... du moins pendant les mois de beaux temps. 

Depuis 2019, révèle le site spécialisé Electrek, la compagnie Domino’s Pizza aux États-Unis essaie la livraison par vélo électrique en ville avec des remorques chauffantes et remplace petit à petit ses voitures. Non seulement la livraison à vélo électrique va plus vite, mais ces engins coûtent énormément moins cher que les voitures qu’ils remplacent, ce qui permet des économies assez substantielles pour motiver une reconversion de la flotte. 

Habitacle béni

Même si les intempéries hivernales et la pluie favoriseront toujours les véhicules qui offrent un habitacle où voyager au sec et au chaud, les vélos de montagne électriques à pneus cloutés sont susceptibles de se montrer plus efficaces pour la livraison que les voitures même pendant les tempêtes. Déjà, des policiers à vélo tout l’hiver racontaient, en entrevue avec le 24 Heures l’an dernier, qu’ils arrivaient les premiers sur les lieux lors d’appels d’urgence. 

La compagnie néerlandaise de vélos électriques haut de gamme VanMoof, qui se présente elle-même comme la «Tesla du vélo électrique», diffusait récemment une publicité qui montrait la surface d’une voiture de luxe où étaient projetées des images de cheminées fumantes et d’embouteillages... avant de céder la place à une photo du magnifique modèle de VanMoof, assez dispendieux et rutilant pour s’adresser, justement, au riche client typique de la voiture de luxe. Cette campagne a dû être retirée des ondes françaises à la demande des autorités parce qu’elle «dénigrait l’industrie automobile», qui n’aime pas qu’on vienne ainsi lui voler sa clientèle la plus fortunée. 

Entre les voitures et les vélos électriques qui tendent à s’y substituer, les hostilités sont ouvertes!

À lire aussi

Et encore plus