Colistière de Joe Biden: Kamala Harris est une ancienne résidente de Montréal | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Colistière de Joe Biden: Kamala Harris est une ancienne résidente de Montréal

Image principale de l'article Kamala Harris a longtemps habité à Montréal
AFP

Mardi après-midi, Joe Biden a annoncé que la sénatrice de 55 ans Kamala Harris sera celle qui l’aidera à défier Donald Trump aux urnes le 3 novembre, une décision historique après de nombreux appels pour qu'il choisisse une colistière noire depuis le mouvement de protestation tout aussi historique contre le racisme et les violences policières.

«J’ai le grand honneur d’annoncer que Kamala Harris, combattante dévouée à la défense courageuse des classes populaires et l’une des plus grands serviteurs de l’État, sera ma colistière», a tweeté le démocrate de 77 ans. 

AFP

Mais qui est Kamala Harris? 

Voici 9 choses à savoir sur la candidate à la vice-présidence.    

1. Elle est la première femme de couleur à être considérée pour le poste de vice-présidente.  

Elle est uniquement la troisième femme à obtenir ce poste, après Sarah Palin (2008) et Geraldine Ferraro (1984). 

AFP

 

2. Elle a servi deux mandats comme procureure générale de Californie, entre 2011 et 2017.  

Celle qui détient une formation en droit était ainsi devenue la première femme, mais également la première personne noire, à diriger le ministère de la Justice de l’État américain le plus peuplé. 

AFP

 

3. Malgré cette feuille de route, on lui reproche d’avoir été dure et de manquer de leadership.  

En 2004, elle s’opposait à l’assouplissement des peines planchers, qu’elle a pourtant assuré vouloir réformer lorsqu’elle a fait campagne l’an dernier pour l’investiture démocrate. 

En 2010, elle avait ri à une question sur la légalisation du cannabis, un enjeu emblématique en Californie, qui a fini par l’adopter en 2018. 

«En Californie, Kamala Harris avait la réputation d’une procureure qui attendait plutôt qu’elle ne montrait le chemin, qui ne bougeait sur les sujets polémiques que lorsqu’elle voyait qu’ils étaient politiquement viables», résumait le mois dernier le quotidien Sacramento Bee. 

AFP

À travers la nation, certains électeurs noirs et progressistes lui reprochent sa dureté. En tant que procureure, elle a pris diverses décisions punitives contre de petits délits, comme la possession de drogues, qui ont, selon ses critiques, principalement affecté les minorités. 

En 2015, elle s’était abstenue de prendre position sur une proposition de loi visant à rendre systématiques les enquêtes indépendantes en cas d’«usage de la force mortelle» par un policier. 

«Elle est perçue par certains, surtout chez les jeunes noirs, comme faisant partie du problème, pas de la solution», mettait alors en garde David Barker, professeur en sciences politiques à l’American University. 

 

4. Son arrivée au Sénat a marqué l’histoire.  

En janvier 2017, elle est devenue la seconde sénatrice noire de l’histoire du pays. 

 

5. Elle pourrait remplacer Joe Biden pendant son mandat.  

La santé fragile de l’aspirant président n’est pas un secret. Il a lui-même laissé entendre que sa vice-présidente, dans ce cas-ci Harris, pourrait devenir la candidate démocrate à la présidence en 2024. Elle pourrait même être appelée à le remplacer en cours de mandat s’il a de graves problèmes de santé ou qu’il décède. 

AFP

 

6. Trump l’a (presque) complimentée.  

En juillet, le président, qui s’en donne habituellement à cœur joie pour critiquer ses adversaires politiques, avait dit qu’elle ferait «un bon choix» pour Joe Biden. 

Il s’est bien repris mardi pendant une conférence à la Maison-Blanche, se disant «surpris» de ce choix «parce qu’elle a été très médiocre» pendant les primaires démocrates.

AFP

 

7. Pendant les primaires, elle n’a pas hésité à attaquer Biden. 

Lors d’un débat en juin 2019, elle a reproché à Biden de s’être longtemps opposé à la déségrégation des écoles en zone urbaine. Elle l’a également attaqué sur ses relations avec des sénateurs en faveur de la ségrégation. 

AFP

Peu importe, elle lui a finalement donné son appui officiel en mars 2020, quelques mois après avoir abandonné la course à l’investiture en raison d’un manque d’appuis financiers.

 

8. Elle partageait une relation spéciale avec le fils décédé de Joe.  

L’un des fils de Joe Biden, Beau, a travaillé de près avec Harris avant qu’il décède d’un cancer du cerveau, le 30 mai 2015. 

Photo AFP

Celui-ci était procureur général du Delaware au même moment que Harris œuvrait au même poste en Californie. 

Ensemble, ils ont établi un plan de match afin d’amener devant la justice les banques américaines responsables du scandale des saisies immobilières qui a frappé les États-Unis en 2010. 

Elle le considérait comme un ami proche et comme un collègue exceptionnel. 

Pour cette raison, elle a développé une relation très amicale avec Joe Biden au fil des ans, comme de nombreux membres de l’entourage du candidat démocrate l’ont confié à CNN. 

 

9. Elle a fait ses études secondaires... à Montréal! 

Elle a en effet obtenu son diplôme de Westmount High en 1981.

- Avec des informations de l’Agence France-Presse 

À lire aussi

Et encore plus