Les propriétaires de bars veulent fermer à 3 h | 24 Heures MTL
/activities/restaurants

Les propriétaires de bars veulent fermer à 3 h

À l'approche de l'automne, plusieurs tenanciers de bars espèrent que Québec assouplira ses règles et leur permettra à nouveau de rester ouverts jusqu'à 3 h du matin. 

Le président de la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec, Renaud Poulin, a envoyé mardi une lettre au ministère de la Santé et des Services sociaux pour tenter de savoir si les mesures décrétées en juillet dernier seront maintenues encore longtemps. Celles-ci obligent entre autres les bars à cesser de servir de l'alcool à partir de minuit, à fermer leurs portes à 1 h du matin et à accueillir un maximum de 50% de leur capacité d’accueil.

PHOTO COURTOISIE

M. Poulin tente de savoir depuis un bon moment quand elles prendront fin. «S’ils nous disent: “On enlève le décret dans deux semaines”, on va être capables de vivre, mais s’ils nous disent ce qu’ils nous ont dit la semaine passée, que ce n’était pas à l’agenda, ça veut dire qu’ils n'en discutent même pas», déplore M. Poulin.

Celui-ci croit que la vente d'alcool pourrait au moins être prolongée jusqu'à 1 h du matin, ou que les établissements pourraient fermer à 3 h du matin, au moins du dimanche au mercredi.

«Il y a moins de monde [ces jours-là], ça nous permet d’augmenter les heures de travail de nos employés, ça donne aussi un peu plus de revenus», mentionne-t-il.

Autre scénario: les bars pourraient augmenter de façon graduelle la capacité maximale de leurs établissements, afin qu’elle passe de 50% à 100%, et ce, seulement si la distance de 2 m peut être maintenue.

Si les règles ne peuvent être assouplies, M. Poulin ainsi que Peter Sergakis, président de l’Union des tenanciers de bars du Québec, craignent la difficulté de rentabiliser les établissements à l’approche de la saison automnale. L’aide au loyer, qui s’étend présentement jusqu’au 31 août, pourrait s’estomper et donnerait du fil à retordre à tous les commerces, y compris les bars.

Avec les temps froids qui reviendront, il pourrait aussi y avoir une hausse des rassemblements à l’intérieur dans des lieux privés où la surveillance des mesures sanitaires est moins contrôlée, souligne M. Poulin.

«Je pense que c’est mieux que les gens soient dans des commerces de bars avec des gens qui surveillent que des maisons où personne ne surveille rien», résume celui qui espère une réponse du gouvernement.

À lire aussi

Et encore plus