Secteur manufacturier : comment organiser les lieux de travail en temps de pandémie | 24 Heures MTL
/jobs

Secteur manufacturier : comment organiser les lieux de travail en temps de pandémie

Image principale de l'article Pandémie: comment organiser les lieux de travail
industrieblick - stock.adobe.com

Parce que la nature de leur travail ne leur permet pas d’offrir des options de télétravail à leurs employés sur le plancher, qui travaillent d’ailleurs généralement à proximité dans des espaces clos, les entreprises manufacturières ont été forcées de trouver des solutions de rechange pour maintenir leur production tout en respectant les mesures sanitaires. 

D’emblée, on pense aux abattoirs, dont certains ont vu éclore une quantité considérable de cas de COVID-19. À l’usine Olymel de Yamachiche uniquement, 138 travailleurs ont été contaminés, forçant l’usine à fermer le 29 mars. Olymel a pu rouvrir son installation le 11 avril, mais a renforcé la sécurité pour éviter une nouvelle éclosion dans l’une ou l’autre de ses usines, qui emploient plus de 15 000 personnes à travers le Canada.

« L’entreprise respectait déjà des normes strictes pour l’hygiène alimentaire avant la pandémie, souligne Richard Vigneault, responsable des communications corporatives chez Olymel. Avec la COVID-19, on a ajouté des masques, des panneaux pour séparer les employés dans les cafétérias, réaménagé les lieux, loué des roulottes pour avoir moins de monde au même endroit et recruté des personnes qui utilisent des questionnaires pour vérifier les symptômes des employés à l’entrée. » 

Des mesures jugées suffisantes

L’entrepôt Jean Coutu, situé à Varennes, regroupe le centre de distribution de l’entreprise ainsi que son siège social. Plus de 1000 personnes y travaillent quotidiennement. Avec une concentration aussi élevée de personnel, le groupe a dû instaurer davantage de mesures de sécurité afin d’empêcher que le virus n’y pénètre.

Le cariste Antoine Vlasblom estime que son employeur a pris suffisamment de précautions. « Les employés du siège social sont majoritairement en télétravail pour le moment, et ce, jusqu’au 5 septembre, affirme-t-il. L’entrée qui sert habituellement à ces employés est donc maintenant utilisée comme sortie par les employés de l’entrepôt. Quand on entre, le désinfectant est obligatoire. Ensuite, une personne derrière un plexiglas avec un masque et une visière prend notre température. Enfin, dès que je quitte mon poste, je dois le désinfecter. » Selon lui, la direction a en outre réorganisé les pauses et les heures de lunch pour éviter que des personnes ne se croisent et propagent le virus.

Reste à voir si ces mesures seront suffisantes, alors que la direction de la santé publique estime à « élevées » les probabilités qu’une deuxième vague du virus frappe le Québec.

À lire aussi

Et encore plus