Manifestation pour sauver la marina de Lachine | 24 Heures MTL
/mtl-news/society

Manifestation pour sauver la marina de Lachine

La présidente de l'Association des plaisanciers du port de Lachine Josée Côté et le maire de l'arrondissement de Saint-Laurent et élu d'Ensemble Montréal, Alan De Sousa marchent devant l'hôtel de ville de Montréal et souhaitent que la marina de Lachine demeure en place, le lundi 24 août 2020.
ALEX PROTEAU/24 HEURES/AGENCE QMI
ALEX PROTEAU/24 HEURES/AGENCE QMI

La présidente de l'Association des plaisanciers du port de Lachine Josée Côté et le maire de l'arrondissement de Saint-Laurent et élu d'Ensemble Montréal, Alan De Sousa marchent devant l'hôtel de ville de Montréal et souhaitent que la marina de Lachine demeure en place, le lundi 24 août 2020. ALEX PROTEAU/24 HEURES/AGENCE QMI

MONTRÉAL | Une centaine de plaisanciers qui utilisent le port de Lachine refusent de voir celui-ci fermer à la fin octobre et se sont réunis lundi midi devant l'hôtel de ville de Montréal en scandant «Sau,sau,sau, sauvons la marina!». 

«On veut dénoncer l’improvisation et le manque de transparence de l’administration Plante actuelle. Le 8 juillet dernier, ils nous ont annoncé d’une manière cavalière, sans consultation, sans préavis, qu’ils fermaient la marina de Lachine, la plus grande au Québec», a mentionné la présidente de l’Association des plaisanciers du Port de Lachine, Josée Côté, accompagnée de l’élu du parti d'opposition Ensemble Montréal et maire de l’arrondissement de Saint-Laurent, Alan DeSousa.

Les plaisanciers tenaient à se faire entendre. C’est le cas de la famille Morin-Lelièvre, plaisanciers de Lachine et résidents de Repentigny, qui s’insurge de perdre sa marina. «Ça représente une grande partie de notre famille parce que ça fait 10 saisons que nous sommes là. [...] Aller faire des activités sur l’eau, ça nous permet de nous rapprocher», a soutenu le père de famille François-Xavier Lelièvre.

«On ne veut pas changer de place. On est bien ici», a enchainé Léa, sa fille adolescente.

Rappelons que l'administration de la mairesse Valérie Plante a décidé de fermer la marina à la fin de l’été. La Ville investira 20 millions $ pour transformer la pointe en parc. La transformation impliquera plusieurs travaux comme la réfection du réseau d'électricité et des égouts ou encore pour protéger les berges fortement endommagées par l’érosion.

Ensemble Montréal comptait déposer lundi une pétition comptant plus de 11 000 signatures lors de la réunion du conseil municipal afin de demander à l'administration de reconsidérer sa décision de mettre fin aux activités de la marina et de tenir des consultations publiques sur l'avenir du site avant d'entamer toute démarche irréversible.

Redonner à la population

La mairesse de Lachine, Maja Vodanovic, a rétorqué que l'entretien des installations actuelles nécessite un investissement de 16,5 millions $ et a précisé que la Ville éponge depuis plusieurs années «des dettes encourues par le club privé qui était là avant» que ce soit à la Ville.

«Il y a eu des investissements qui ont été payés. Une marina, c'est privé. Celle-là est municipale et les fonds publics coulent allègrement. À un moment donné, on s'arrête et on se dit "est-ce qu'on va investir pour un petit nombre de gens ou on va utiliser cette occasion pour faire profiter un projet porteur qui va être bon pour l'ensemble de la population?"» a-t-elle soulevé.

Robert Beaudry, responsable des grands parcs au comité exécutif de la Ville de Montréal, a indiqué lors de la séance du conseil municipal qu’il n’y avait pas d’association avant que la Ville propose le nouveau projet, qu’elle s’est créée au lendemain de la décision, ce pourquoi il n'avait pas été possible de discuter avec elle en amont. Il a ajouté avoir discuté à deux reprises avec l’association sur le sujet depuis.

Tout comme Mme Vodanovic, il a mentionné la non-rentabilité de la marina. «Ça fait 35 ans que nous travaillons à essayer d’entretenir la marina en tant que Ville de Montréal. Force est de constater que chaque projet de maintien de la marina a été [...] un échec.»

Josée Côté ne cache pas son mécontentement face à ces dires. «Ces prix sont gonflés. Ce n’est pas réaliste», a-t-elle répliqué. Elle estime, après avoir entrepris quelques démarches avec des spécialistes, qu'une somme de 5,2 millions $ est nécessaire pour la rénovation de la marina.

«Il faut qu’ils fassent les berges; ils ne les laisseront pas s’éroder pour faire un projet de parc», a-t-elle ajouté.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus